Le Britannique Andy Murray a traversé un gros trou d'air avant d'éliminer le spécialiste italien de la terre battue Potito Starace en quatre sets 6-3, 2-6, 7-5, 6-4 mercredi au deuxième tour de Roland-Garros.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Mené 5 à 1 dans la troisième manche, après avoir concédé nettement la précédente, l'Ecossais, N.3 mondial, a réussi une spectaculaire remontée en alignant six jeux d'affilée (7-5).

«Il faisait de bonnes amorties et mon démarrage n'était pas excellent. Il en a bien profité. Les conditions étaient difficiles, il faisait froid et le court était assez humide», a expliqué Murray, opposé à un adversaire valant mieux sur l'ocre que sa 104e place à l'ATP.

«Ensuite j'ai été plus agressif et je suis plus monté au filet. Je l'ai fait travailler, je n'ai plus commis autant de fautes. J'ai affronté un adversaire qui jouait très bien, donc je suis content de m'en être sorti», a reconnu le Britannique, moins convaincant qu'au premier tour contre un autre terrien expérimenté, l'Argentin Juan Ignacio Chela.

Dernier entrant dans le quatuor de tête du tennis mondial grâce à ses résultats sur dur, Murray a encore tout à prouver sur terre battue. Il a d'ores et déjà égalé sa meilleure performance à Roland-Garros.

Pour faire mieux, il devra battre le Serbe Janko Tipsarevic.