(Paris) Alexander  Zverev, poussé aux cinq sets lors des deux tours précédents, a été plus rapide mercredi pour écarter 6-4, 7-6 (7/5), 6-4 Alex De Minaur et s’offrir une quatrième demi-finale d’affilée à Roland-Garros, qui l’opposera à Casper Ruud, qualifié sans jouer.

Le Norvégien, qui a bénéficié du forfait de Novak Djokovic, victime d’une lésion au ménisque droit lundi, atteint lui ce stade pour la troisième fois consécutive, mais lui avait réussi à rallier la finale en 2022 et 2023. Certes sans parvenir derrière à les remporter : Rafael Nadal avait glané un 14e titre record et « Djoko » avait obtenu un 3sacre du côté de la Porte d’Auteuil.

Face à De Minaur, un adversaire qui lui réussit-il compte désormais huit victoires en dix matchs-Zverev, 4e mondial, n’a pas eu toutefois partie facile, même s’il n’a pas perdu de set en route.

L’Allemand de 27 ans s’est adjugé le premier, en parvenant à s’emparer deux fois du service de l’Australien (11e) qui l’avait débreaké entre-temps.

De Minaur, qui a encore repris un service perdu dans la deuxième manche pour recoller à 3-3, a alors redoublé d’agressivité. Il n’est pas passé loin de faire plier Zverev, qui a d’abord dû effacer une balle de set à 6-5 sur son service, avant de revenir de 0-4 à 4-4 dans le bris d’égalité pour finalement se l’adjuger.

« Ruud » combat en perspective

PHOTO CHRISTOPHE ENA, ASSOCIATED PRESS

Casper Ruud

Au troisième set, quelque peu libéré par ce scénario à son avantage, « Sasha » a encore réussi à breaker pour se détacher 4-2 puis 5-3. Mais De Minaur n’a rien lâché et il est parvenu à lui rendre la pareille à point nommé. C’était sans compter sur la capacité de son rival à maintenir sa pression, puisque l’Allemand a réussi à en finir sur un ultime break.  

Arrivé à Paris dans la peau d’un sérieux prétendant, dans le sillage d’une victoire convaincante au Masters 1000 de Rome, Zverev est donc, comme attendu, bien présent dans le dernier carré. Mais à l’image de cette rencontre, rien ne fut vraiment simple jusqu’ici.

Il a d’abord dû négocier un premier tour délicat face à Rafael Nadal, avec ce que cela supposait d’émotion à contrôler pour ce qui était certainement le dernier Roland-Garros de la légende espagnole. Il a ensuite confirmé, aux dépens du Belge David Goffin, ses bonnes dispositions, y compris psychologiques alors que s’est ouvert le lendemain à Berlin son procès en appel pour violences conjugales.

Mais au 3e tour, bousculé, pas vraiment dans son assiette, il a été poussé à un super bris d’égalité par le Néerlandais Tallon Griekspoor, avant d’encore devoir s’employer jusqu’aux cinq sets en 8e face au Danois Holger Rune.

Après 8 h 25 min passés en deux matchs, Zverev peut au moins se féliciter d’en avoir passé « que » trois de plus pour se défaire de De Minaur.

Car il sait que vendredi l’attend encore certainement un « Ruud » combat, face à un spécialiste de la terre battue qui aura de la fraîcheur à revendre.