Il aurait été difficile pour Denis Shapovalov de tomber sur un adversaire plus redoutable qu’Alex de Minaur au premier tour. Pourtant, le Canadien était heureux de pouvoir l’affronter d’entrée de jeu.

Publié le 7 août
Nicholas Richard
Nicholas Richard La Presse

Comme dans son Australie natale, de Minaur a le vent dans les voiles par les temps qui courent. Il a remporté le tournoi d’Atlanta il y a une semaine à peine, il a atteint les huitièmes de finale à Wimbledon et il s’était incliné en demi-finale à Eastbourne juste avant.

Au dernier classement de l’ATP, de Minaur a fait un bond de neuf places, jusqu’à la 21position, un rang devant Shapovalov.

Cependant, le Canadien était somme toute content d’avoir un joli défi à relever dès le premier tour, question de prendre du rythme rapidement dans le tournoi.

« Commencer avec un match comme celui-là pourrait me donner beaucoup d’assurance. Ce sera extrêmement difficile, mais ce sera plaisant et j’espère que je vais pouvoir gagner », a expliqué Shapo en conférence de presse dimanche après-midi.

L’Ontarien confirme que les deux joueurs se connaissent très bien, puisqu’ils s’affrontent depuis leur adolescence, chez les juniors. C’est dire que Shapovalov ne vogue pas vers l’inconnu et que dans les circonstances, c’est plutôt une bonne nouvelle : « On a déjà joué plusieurs matchs serrés l’un contre l’autre dans le passé […], alors évidemment, c’est excitant. On se connaît très bien. Ce sera plaisant pour tout le monde. »

Il faut convenir que c’est plutôt difficile pour le gaucher depuis plus d’un an ; en fait, depuis sa défaite en demi-finale au tournoi de Wimbledon contre Novak Djokovic l’année dernière.

Depuis, le Shapo électrique, précis et hargneux d’antan se fait discret. Son principal problème est le manque de constance.

Il a une fiche de 17-15 depuis le début de l’année, mais il tente quand même de construire sur du positif, comme son début de saison, alors qu’il a aidé le Canada à remporter la Coupe ATP, en janvier. Sinon, la situation actuelle ne l’inquiète pas outre mesure.

« Je ne m’en fais pas trop, j’aurais pu gagner certains matchs. Je continue de travailler fort », a-t-il précisé.

Puis, si c’est en 2017, lorsqu’il avait battu Rafael Nadal sur le Court central du stade IGA, qu’il s’était révélé au monde entier, il ne voit pas l’édition 2022 de l’Omnium Banque Nationale comme une occasion d’enfin repartir à neuf ou relancer sa saison. « Je ne tiens pas à changer la situation. Tout va bien de mon côté, je joue du bon tennis. »

Son but est toujours le même et il admet qu’il veut surtout avoir du plaisir pour contenter les gens dans les gradins. « C’est la raison pour laquelle je joue au tennis. J’ai toujours rêvé de jouer ce tournoi. Donc pour moi, avoir encore la chance de jouer ici et voir jusqu’où je peux aller tout en donnant un spectacle pour les partisans est mon but ultime », a-t-il ajouté.

Auger-Aliassime de retour du Mexique

Félix Auger-Aliassime a aussi accordé un peu de temps aux médias, dimanche, quelques heures seulement après avoir atterri à Montréal. Dans la nuit de vendredi à samedi, le Québécois s’était incliné en demi-finale du tournoi de Los Cabos, au Mexique.

PHOTO CARLOS PEREZ GALLARDO, REUTERS

Félix Auger-Aliassime

Même s’il avait encore les traits un peu tirés, en raison du manque de sommeil et du voyage, il était très heureux d’être enfin de retour à la maison. Au sens propre du terme.

« Ce qui est bien, cette semaine, c’est que je peux rester chez mes parents, donc je suis tranquille. Je n’ai pas besoin d’être à l’hôtel avec les autres joueurs. Je peux me préparer tranquillement à la maison », a indiqué le joueur de 22 ans.

Cette semaine pourrait être déterminante pour celui qui campe le rôle de tête d’affiche du tournoi. Aujourd’hui au neuvième rang mondial, il est conscient que les choses ont changé depuis sa dernière visite au stade IGA en 2019.

Je suis un joueur et un jeune homme différent aussi. Je me sens beaucoup plus serein et j’espère que mes résultats vont le montrer.

Félix Auger-Aliassime

Auger-Aliassime profite d’un laissez-passer au premier tour et jouera contre un joueur issu des qualifications au deuxième tour. Il devrait disputer son premier match mercredi.