Leylah Fernandez n’a pas fini de nous surprendre. La Québécoise de 19 ans a obtenu son billet pour les quarts de finale de Roland-Garros, dimanche. Elle a battu l’Américaine Amanda Anisimova en trois manches de 6-3, 4-6 et 6-3.

Mis à jour le 29 mai
Jean-François Téotonio
Jean-François Téotonio La Presse

Fernandez atteint ainsi les quarts de finale d’un tournoi du Grand Chelem pour la deuxième fois de sa carrière.

« C’était un match très, très compliqué », a-t-elle commenté devant le micro de Marion Bartoli sur le terrain, après le match. « Amanda est une très bonne joueuse. »

« Et je suis bien sûr contente d’avoir pu jouer devant Thierry Henry ! », a-t-elle ajouté, alors que la légende du soccer français était installée dans les gradins du court Philippe-Chatrier.

PHOTO DYLAN MARTINEZ, REUTERS

Thierry Henry a assisté au match entre Leylah Fernandez et Amanda Anisimova.

Visiblement prête, la native de Montréal avait entamé son match en lion. C’était comme si Anisimova avait encore la tête dans ses céréales, même s’il était déjà midi à Paris. Les frappes de la Québécoise étaient précises, vives. Elle s’était même construit une avance de 4-0 dans la première manche.

Là où l’Américaine pouvait retrouver un peu de son allure, c’était en profitant des lacunes de son adversaire au service. Ses deux premiers jeux remportés l’ont été sur des séquences un peu hésitantes de Fernandez à ce chapitre. Mais trop peu, trop tard : la joueuse de 19 ans s’envolait avec la première manche à 6-3, lors de sa cinquième occasion de conclure.

L’allure du match était inversée en deuxième manche. Tout réussissait à Anisimova. Elle s’était réveillée, officiellement. À 5-2, avec un seul bris d’avance, on la sentait prête à passer au troisième et ultime engagement.

PHOTO DYLAN MARTINEZ, REUTERS

Amanda Anisimova

Mais Fernandez n’avait pas dit son dernier mot. Elle gagnait son service pour faire 5-3. Puis allait brillamment briser Anisimova pour recoller à 5-4. Elle pouvait même sentir l’égalisation à 5-5 tout juste devant elle… avant qu’Anisimova ne vienne s’imposer avec le bris. L’Américaine l’emportait 6-4.

Anisimova surfait encore sur son élan du deuxième engagement en début de troisième manche. Le match était alors bien disputé. Le tout a culminé au sixième jeu du set, tout juste après un bris de Fernandez. Les deux se livraient de beaux échanges. La Québécoise servait notamment de superbes coups droits qui déjouaient sa rivale.

La frustration se faisait sentir, tellement que l’Américaine en lançait sa raquette. On sentait que le match était joué à ce moment. Fernandez remportait le jeu et menait 4-2. Elle allait finalement conclure sa victoire sur un autre bris de service, à 6-3.

PHOTO THIBAULT CAMUS, ASSOCIATED PRESS

Leylah Fernandez

« C’était très serré aujourd’hui, a ajouté Fernandez en conférence de presse. Un match incroyable pour toutes les deux. Le niveau de jeu était élevé. Je suis heureuse d’avoir réussi à gérer mes temps faibles et à profiter du match le plus possible. »

En quarts de finale, la 17tête de série affrontera l’Italienne Martina Trevisan, 59e au monde.

Fernandez avait atteint la finale aux Internationaux des États-Unis, en septembre dernier. Elle pourra puiser dans les souvenirs de son fabuleux parcours pour la suite des choses à Paris. Elle est d’ailleurs maintenant la mieux classée de sa moitié de tableau.

« Après l’US Open, je cherche à améliorer mon jeu dans sa globalité. J’essaie de profiter de chaque occasion pour évaluer mon niveau et savoir ce que je dois améliorer pour la suite. »