(Rome) La Biélorusse Aryna Sabalenka, tête de série no 3, et l’Allemand Alexander Zverev, tête de série no 2, ont décroché les premiers billets pour les demi-finales des tableaux féminin et masculin du tournoi de Rome vendredi.

Mis à jour le 13 mai
Agence France-Presse

Sabalenka a dominé en trois manches (4-6, 6-3, 6-2 en 1 h 51) l’Américaine Amanda Anisimova (32e mondiale), qui venait de la battre à Madrid.

C’est la première fois que la Biélorusse prend le dessus sur cette adversaire qui avait gagné leurs quatre précédentes confrontations. Elle a notamment été sortie fin avril par l’Américaine dès le premier tour du tournoi de Madrid, dont elle était tenante du titre.

Sabalenka pourrait retrouver en demi-finale la no 1 mondiale et tenante du titre Iga Swiatek, si la Polonaise ne trébuche pas en quarts de finale vendredi contre la revenante canadienne Bianca Andreescu (90e), une adversaire qu’elle n’a jamais rencontrée.

Chez les hommes, Zverev, vainqueur sur la terre battue romaine en 2017, n’a pas vraiment été mis en difficulté par le Chilien Cristian Garin (45e mondial), faisant la course à partir du septième jeu de la première manche pour s’imposer en deux manches 7-5, 6-2 en 1 h 51.

Le Grec Stefanos Tsitsipas, 5e mondial, a dominé l’Italien Jannik Sinner (13e) 7-6 (7/5), 6-2, pour s’offrir une troisième demi-finale en moins d’un mois contre Alexander Zverev (3e).

Sur un court central chauffé à blanc par le soleil estival et un public tout acquis à la cause de l’espoir azzurro de 20 ans, le Grec a souffert face aux amorties millimétrées de l’Italien, mais a su se montrer solide au service à la fin d’un premier set ultra-serré pour empocher le bris d’égalité.

Après avoir demandé une pause médicale à la fin de cette première manche de près d’1 h 30, Sinner a perdu de son mordant au second set et n’a pu empêcher Tsitsipas de s’envoler vers le dernier carré.

Ce dernier a conclu le match sur sa seconde balle de match, qu’il n’a pu jouer qu’après une interruption d’une dizaine de minutes en raison d’un malaise dans les gradins.

En demi-finale, le Grec de 23 ans va donc retrouver Zverev pour un troisième duel en moins d’un mois à ce stade : à Monte-Carlo, en avril, Tsitsipas l’avait emporté en deux sets (6-4, 6-2) avant de remporter le tournoi pour la deuxième fois de suite ; à Madrid, la semaine dernière, c’est l’Allemand qui s’était imposé en trois sets (6-3, 3-6, 6-2) avant de perdre en finale contre Carlos Alcaraz.

Dans un tournoi romain désormais privé du grand favori Rafael Nadal, vainqueur à dix reprises au Foro Italico et éliminé jeudi soir en huitièmes, les deux hommes ont l’occasion de confirmer leur belle forme sur terre battue, à un peu plus d’une semaine du début de Roland-Garros (22 mai-5 juin).

La Tunisienne Ons Jabeur (septième mondiale), qui sort d’une victoire au tournoi de Madrid, a redressé vendredi une situation très mal embarquée pour se hisser en demi-finale du tournoi WTA 1000 de Rome en battant la Grecque Maria Sakkari (4e) 1-6, 7-5, 6-1.

PHOTO TIZIANA FABI, AGENCE FRANCE-PRESSE

Ons Jabeur

La Tunisienne, d’abord méconnaissable avec ses nombreuses erreurs techniques, à l’image d’une volée facile manquée, avait un pied en dehors du tournoi romain dans le second set, menée 1-6, 2-5, service à suivre pour la Grecque.

Mais elle a soudain retrouvé sa « grinta » pour chiper la mise en jeu de Sakkari et empoché les huit jeux suivants, renversant totalement la situation en égalisant à une manche partout puis en menant 3-0 dans l’ultime set.

Sakkari a alors tenté de se rebeller à son tour, mais bien trop tard pour arrêter une Tunisienne au moral totalement regonflé, qui a bouclé le match par un 6-1 aux allures de miroir inversé par rapport au premier set abandonné facilement.

« Dans ma tête, à 5-2, je me suis dit : “Tu ne peux pas finir comme ça ces deux, presque trois fantastiques semaines”. C’est ce qui m’a fait démarrer », a souligné Jabeur devant la presse, indiquant aussi avoir été gênée par l’ombre en début de match.

« Aujourd’hui, c’était d’abord un match mental plus qu’autre chose pour moi. Physiquement, je me sentais bien. Le fait d’être en confiance, je pense que cela m’a donné la chance de gagner », a-t-elle ajouté.

Avec cette victoire de caractère, ponctuée d’un cri de guerrière, Jabeur, 27 ans, confirme qu’elle a de l’énergie à revendre, elle qui a clamé en arrivant lundi son envie de remporter cette année un tournoi du Grand Chelem.

« Confirmer la performance de Madrid, c’est très important pour moi. Cela fait peut-être partie du chemin, je dois peut-être passer par cela pour être capable de gagner un Grand Chelem. Il reste deux matchs, je veux donner plus que 100 % », a-t-elle assuré.

Elle rencontrera samedi en demi-finale la Russe Daria Kasatkina (23e), qualifiée après l’abandon de la Suissesse Jil Teichmann (29e), touchée à la cuisse gauche, alors que le score était de 6-4, 3-2 pour la première.