Après avoir perdu contre Ashleigh Barty en demi-finale, Madison Keys a décidé de donner à sa compatriote américaine Danielle Collins quelques conseils avant son match pour le titre des Internationaux d’Australie.

Publié le 28 janvier
Dennis Passa Associated Press

Ce ne sera pas une tâche facile pour Collins, qui tentera d’empêcher Barty, la favorite, de devenir la première joueuse australienne en 44 ans à remporter le titre en simple des Internationaux d’Australie.

Chemin faisant vers la finale samedi, Barty connaît une séquence de 10 victoires consécutives et n’a perdu que 21 jeux en six matchs sans perdre une manche. Elle a également remporté 81 de ses 82 derniers matchs au service.

Keys, qui a perdu 6-1, 6-3 contre Barty en demi-finale, n’est pas surprise par ces statistiques.

« Vous avez un plan de match dans votre tête, mais elle exécute tout si bien, a décrit Keys. Elle sert incroyablement bien, donc vous n’obtenez aucun point gratuit sur son service.

« Sa balle coupée arrive tellement plus basse et plus profondément qu’elle ne l’était par le passé, il est donc difficile de faire quoi que ce soit. Ensuite, vous essayez de jouer sur son coup droit et elle peut ouvrir le jeu. Je pense que nous la regardons en pensant, “wow, c’est incroyable”. Elle semble complètement en contrôle de tout. »

Collins n’a battu Barty qu’une fois en quatre matchs, il y a un an lors d’un tournoi préparatoire aux Internationaux d’Australie à Adélaïde. Elle a obtenu sa place pour sa première finale du Grand Chelem avec une victoire 6-4, 6-1 contre Iga Swiatek, la championne de Roland-Garros en 2020.

Collins, âgée de 28 ans, souffrait d’endométriose et a subi une intervention chirurgicale d’urgence en avril dernier, affectant la majeure partie du reste de sa saison. Elle n’est plus qu’à une victoire de réaliser son rêve d’enfance de devenir championne en Grand Chelem. Sa meilleure performance précédente dans un tournoi majeur était une défaite en demi-finale en Australie en 2019.

Collins a déclaré que la profondeur du tennis féminin ces dernières années lui donne confiance qu’elle pourrait contrarier Barty, la championne de Wimbledon et Roland-Garros 2019, en finale.

« Il y a eu tellement de joueuses au cours des deux dernières années qui ont remporté des Grands Chelems qui n’étaient pas censés les gagner, et cela donne de l’espoir à toutes les joueuses, a déclaré Collins, installée au 30e rang mondial. Que vous soyez en dehors du top 50 ou du top 100, ou que vous soyez dans le top 10, tout le monde a une chance de se rendre loin dans un tournoi. J’ai adopté cette attitude et j’ai essayé de faire de mon mieux, et j’ai essayé de croire en la façon dont je joue. »

Barty est d’accord avec Collins sur le fait que la porte est désormais ouverte dans les tournois majeurs, citant en exemple la victoire surprise d’Emma Raducanu aux Internationaux des États-Unis l’année dernière après avoir franchi les qualifications.

« Je pense que la façon dont la WTA ou le circuit féminin a changé au cours des trois, quatre, cinq dernières années a été incroyable, a analysé Barty. La profondeur du plateau a augmenté de façon spectaculaire, et je pense que cela a forcé tout le monde à élever son niveau. Nous l’avons vu récemment avec différentes gagnantes et différents tournois, n’importe qui dans le tableau peut gagner l’évènement. »

Ce « plateau » se limite désormais à deux joueuses à Melbourne Park.

« Ce que j’admire vraiment dans le jeu d’Ashleigh, c’est sa variété et ses styles de jeu différents de ceux de presque toutes les joueuses », a noté Collins.

Barty lui a retourné le compliment.

« C’est une attaquante exceptionnelle, a dit Barty au sujet de Collins. C’est quelqu’un qui se tient sur la ligne de fond et qui peut frapper la balle de n’importe où sur le court. Je pense que le défi va être d’essayer de la déstabiliser ».

Keys, finaliste à New York en 2017, a conseillé à Collins d’essayer de rester dans le moment présent.

« Je pense que le plus dur, c’est qu’elle (Barty) vous fait un peu trop réfléchir, et vous commencez à vous presser un peu trop, vous avez l’impression de devoir en faire trop parfois, a avancé Keys. Elle met ce genre de pression sur vous. »