Leylah Fernandez est inarrêtable. Et flamboyante. Après avoir causé la surprise en évinçant la troisième raquette mondiale en Naomi Osaka vendredi, elle a vaincu la détentrice de trois titres en Grands Chelems Angelique Kerber en trois manches de 4-6, 7-6 (5) et 6-2, dimanche, aux Internationaux des États-Unis. Elle accède ainsi aux quarts de finale.

Katherine Harvey-Pinard
Katherine Harvey-Pinard La Presse

La Québécoise de 18 ans – qui aura 19 ans ce lundi – dégageait la confiance d’une vétérane sur le terrain du stade Louis Armstrong. La commande était encore une fois énorme, Kerber occupant présentement le 17rang mondial, mais la jeune femme n’a pas eu l’air intimidée une seule seconde pendant les 2 heures et 15 minutes qu’a duré le duel.

La première manche a donné lieu à du tennis de grande qualité. Fernandez, 73e mondiale, semblait en plein contrôle, multipliant les frappes précises et concrétisant deux balles de bris dans les six premiers jeux pour prendre les devants 4-2.

Elle a cependant connu une baisse de régime par la suite. Kerber, ancienne numéro 1, en a profité pour remporter les quatre jeux suivants et s’emparer de la première manche.

Loin de se laisser abattre, la jeune Lavalloise a fait preuve d’une impressionnante force de caractère par la suite. Imprévisible comme à son habitude, elle a surpris son adversaire avec des coups précis, à la volée ou amortis, charmant la foule au passage, soulevant son bras dans les airs et souriant à pleines dents quand elle remportait d’importants points. Elle a été brillante lors du jeu ultime pour remporter la deuxième manche.

En mission, la Québécoise a poursuivi sur sa lancée lors de la manche finale. Elle a brisé à deux reprises pour assurer sa place en quarts de finale du Grand Chelem pour la première fois de sa jeune carrière.

PHOTO JOHN MINCHILLO, AP

Leylah Fernandez et Angelique Kerber

Fernandez a remporté 66 % de ses premières balles et réussi 45 coups gagnants, contre 34 fautes directes. Kerber, quant à elle, a fait 28 coups gagnants, mais 22 fautes directes.

En entrevue sur le terrain après le match, la jeune femme était rayonnante. Elle a avoué, en riant, ignorer de quelle façon elle parvenait à garder son calme durant de tels affrontements.

« J’essaie juste d’utiliser tous les entraînements que j’ai faits à la maison, a-t-elle indiqué. Mes entraîneurs m’ont dit d’y aller un point à la fois, et c’est ce que j’essayais de faire. Je ne me concentrais pas sur le score, sur le fait de gagner ou de perdre… J’y allais point par point, comme on me l’a enseigné. J’ai été capable de l’exécuter. »

Tout au long du match, on pouvait apercevoir un de ses entraîneurs de fitness l’encourager de toutes ses forces dans les gradins. Sa mère était aussi présente.

« J’ai regardé à mon box et je leur ai dit : “Je suis correcte. Je suis prête à me battre. » Et la foule était incroyable. Elle m’a encouragée et aidée. »

Fernandez a en effet gagné le cœur du public new-yorkais avec son intensité et ses réactions de joie au fil de la partie. Les spectateurs étaient en liesse en fin de troisième manche, quand elle a inscrit le point gagnant.

Un match en double qui a aidé

Entre sa victoire contre Naomi Osaka et celle contre Angelique Kerber, Leylah Fernandez a joué un match en double, samedi, avec sa partenaire néo-zélandaise Erin Routliffe. Celui-ci lui a été avantageux, a-t-elle fait remarquer.

Ça m’a vraiment ramenée sur terre et m’a permis de me concentrer sur les points. Alors, merci Erin d’avoir joué avec moi !

Leylah Fernandez

Elle a également souligné l’apport de son équipe et de sa famille, qui l’ont aussi aidée à leur façon après sa victoire contre Osaka.

« Ils m’ont dit que c’était seulement le troisième tour : “Tu as encore Angie Kerber [à affronter], c’est une championne, elle a gagné de multiples Grands Chelems et c’est une battante, alors va sur le court et aie du plaisir” », a-t-elle relaté.

C’est ce qu’elle a fait, visiblement.

Fernandez affrontera l’Ukrainienne Elina Svitolina, 5raquette mondiale, mardi. L’heure reste à déterminer.

« Ce sera un match difficile. C’est une bonne joueuse, une battante. Elle retourne beaucoup de balles, elle est très offensive et agressive. Je vais juste aller sur le court, avoir du plaisir comme c’était le cas au cours des derniers jours et, avec un peu de chance, vous serez là pour m’encourager » a lancé la jeune athlète en s’adressant à la foule.

En l’emportant contre Kerber, Fernandez fait son entrée dans le top 50 mondial. La seule autre joueuse de moins de 20 ans à en faire partie est l’Américaine de 17 ans Cori Gauff.