(New York) Le favori Novak Djokovic s’est approché un peu plus de deux pages d’histoire.

La Presse Canadienne

Djokovic a facilement atteint le troisième tour des Internationaux des États-Unis en battant le Néerlandais Tallon Griekspoor 6-2, 6-3, 6-2, jeudi soir.

Le Serbe de 34 ans tente de devenir le premier homme depuis 1969 à gagner les quatre tournois du Grand Chelem la même année.

Un triomphe à New York permettrait également à Djokovic de devancer Roger Federer et Rafael Nadal au premier rang de tous les temps avec 21 titres majeurs en simple masculin.

« Je suis très satisfait du niveau de mon tennis, a dit Djokovic. Tout pointe dans la bonne direction. J’ai gardé toute ma motivation, et je tente de donner le meilleur de moi-même chaque jour. »

Trois fois champion des Internationaux des États-Unis, Djokovic a eu besoin de seulement 1 heure 39 minutes pour vaincre Griekspoor, 121e raquette mondiale.

« Ce n’est pas pour rien qu’il est le meilleur de l’histoire, probablement, a dit Griekspoor. Il retourne chaque balle. Vous faites un excellent service et la balle vous revient aux pieds.

« Il n’y a pas de point faible à exploiter. Il est partout sur le terrain. »

Au prochain tour, Djokovic croisera le fer avec le Japonais Kei Nishikori, deux fois demi-finaliste à New York.

Nishikori, 56e au monde, a défait l’Américain Mackenzie McDonald 7-6 (3), 6-3, 6-7 (5), 2-6, 6-3.

Le champion olympique Alexander Zverev a atteint le troisième tour grâce à une victoire expéditive de 6-1, 6-0, 6-3 contre l’Espagnol Albert Ramos-Vinolas.

Zverev espère atteindre la finale pour une deuxième année de suite à New York. Il avait gagné les deux premières manches en finale l’an dernier, avant de s’incliner contre Dominic Thiem à sa première finale en tournoi majeur en carrière.

PHOTO ROBERT DEUTSCH, USA TODAY SPORTS

Alexander Zverev

L’Allemand de 24 ans a gagné l’or aux Jeux olympiques de Tokyo cet été et il est l’un des trois joueurs à avoir remporté quatre titres cette saison.

Il a eu besoin de seulement 74 minutes de jeu pour éliminer Ramos-Vinolas et gagner un 13e match d’affilée.

Chez les dames, la première raquette mondiale Ashleigh Barty a atteint le troisième tour grâce à une victoire de 6-1, 7-5 contre la Danoise Clara Tauson.

Barty avait manqué l’édition 2020 du tournoi en raison de la pandémie, préférant rester en Australie. Elle a été championne à Wimbledon cet été.

PHOTO ANGELA WEISS, AGENCE FRANCE-PRESSE

Ashleigh Barty

Karolina Pliskova, quatrième tête de série, a trimé dur avant d’écarter Amanda Anisimov 7-5, 6-7 (5) et 7-6 (7).

La Tchèque Petra Kvitova a porté sa fiche à 31-13 en carrière à Flushing Meadows en gagnant 7-6 (7), 6-2 contre sa compatriote Kristyna Pliskova.

Seulement Victoria Azarenka a plus de victoires aux Internationaux des États-Unis que Kvitova parmi les joueuses en lice.

Double championne de Wimbledon, Kvitova ne s’est jamais rendue plus loin que les quarts de finale à New York. Elle a martelé neuf as pour atteindre la troisième ronde pour une 11e fois en carrière.

La médaillée d’or olympique Belinda Bencic a défait l’Italienne Martina Trevisan 6-3, 6-1 pour atteindre le troisième tour pour une cinquième fois en carrière à New York. Elle avait atteint le carré d’as en 2019.

L’Allemande Angelique Kerber a vaincu l’Ukrainienne Anhelina Kalinina 6-3, 6-2. Elle a rendez-vous avec Sloane Stephens en troisième ronde, pour un duel entre deux anciennes championnes du tournoi.

Kerber a triomphé en 2016 et Stephens a a tout raflé l’année suivante.

La Polonaise Iga Swiatek, septième tête de série, a également franchi le deuxième tour grâce à une victoire de 3-6, 7-6 (3), 6-0, aux dépens de Fiona Ferro.

La seule tête de série à avoir rendu les armes en après-midi a été l’Espagnole Paula Badosa, no 24. La Russe Varvara Gracheva l’a battue 6-4, 6-4.

Chez les hommes, le Polonais Hubert Hurkacz, 10e tête de série, a perdu 2-6, 6-4, 6-4, 7-6 (6) contre l’Italien Andreas Seppi.

Le début des activités a été retardé de plus d’une heure, jeudi, après le passage de l’ouragan Ida dans le nord-est des États-Unis tard la veille et au courant de la nuit. Certains joueurs ont eu de la difficulté à se rentre au complexe Billie Jean King. L’équipement a aussi dû être inspecté pour s’assurer que tout était à sa place et fonctionnel.