(Wimbledon) Lorsque Angelique Kerber a gagné le premier set de son match de quarts de finale aux Internationaux de tennis de Wimbledon mardi, les spectateurs massés dans les gradins du court numéro 1 ont salué le moment en applaudissant chaleureusement.

Howard Fendrich Associated Press

La réaction de Kerber ? Une marche vers son banc, le visage impassible. Elle n’a ni crié, ni bondi dans les airs, ni même secoué son poing. Tout ce qu’il y a de plus terre-à-terre.

Contrairement aux autres dames qui ont obtenu leur billet pour les demi-finales, ce n’est rien de nouveau pour elle. Pas du tout. C’est juste que ça faisait un certain temps.

Détentrice de trois titres en tournois du Grand Chelem, incluant Wimbledon en 2018, Kerber a fait bon usage de son agilité sur la pelouse et de ses réflexes rapides pour vaincre Karolina Muchova, 19e tête de série, 6-2, 6-3.

« Je me souviens comment j’ai joué ici », a déclaré l’Allemande de 33 ans, qui a montré ses émotions une fois sa victoire confirmée en secouant ses poings.

« Je sais comment jouer sur le gazon », a ajouté Kerber qui a signé la 80e victoire de sa carrière sur cette surface, dont 11 cette année.

Le mois dernier, l’Allemande est sortie victorieuse du tournoi de Bad Homburg, sur herbe, pour son premier titre en près de trois ans.

En demi-finale, Kerber, 25e tête de série, se mesurera à l’Australienne Ashleigh Barty, la favorite du tournoi, qui a éliminé sa compatriote Ajla Tomljanovic, 6-1, 6-3.

PHOTO KIRSTY WIGGLESWORTH, ASSOCIATED PRESS

Ashleigh Barty

« C’est le test ultime », a déclaré Barty, en prévision du match de jeudi. « Bien sûr, Angie a déjà connu du succès ici. »

Barty a gagné les Internationaux de France en 2019, mais n’avait jamais atteint les quarts de finale au All England Club.

C’était d’ailleurs la première fois depuis le début de l’ère professionnelle, qui a commencé en 1968, que le tournoi accueillait en quarts de finale six joueuses qui n’y avaient jamais participé auparavant.

Kerber et Muchova, éliminée à cette même étape de la compétition en 2019, étaient les seules à avoir réussi l’exploit.

L’autre demi-finale verra la Biélorusse Aryna Sabalenka, deuxième tête de série, croiser le fer avec la Tchèque Karolina Pliskova, classée huitième.

PHOTO KIRSTY WIGGLESWORTH, ASSOCIATED PRESS

Aryna Sabalenka

Sabalenka a mérité sa 34e victoire de la saison, un sommet sur le circuit féminin, en prenant la mesure de la Tunisienne Ons Jabeur (21e) 6-4, 6-3. Pliskova a dominé la Suisse Viktorija Golubic 6-2, 6-2.

Pliskova, finaliste aux Internationaux des États-Unis de 2016 où elle avait perdu contre Kerber, a gagné 24 points sur une possibilité de 26 à son service à un certain moment du match. Elle a réussi huit as et effacé les trois balles de bris auxquelles elle a été confrontée.

PHOTO ALBERTO PEZZALI, ASSOCIATED PRESS

Karolina Pliskova

« Tout fonctionnait pas mal bien aujourd’hui », a analysé Pliskova, dont la vitesse moyenne des premiers services s’est élevée à 170,4 km/h, comparativement à 137,6 km/h pour Golubic.

Pliskova n’a été victime que de trois bris de service en cinq matchs depuis le début du tournoi et n’a toujours pas concédé une seule manche.

Toutefois, la meilleure joueuse qu’elle a affronté depuis le début du tournoi occupait le 47e échelon. Jeudi, il s’agira d’un test, contre une joueuse tout en puissance, au style agressif. Un style qui qui ne l’a pas empêché, mardi de produire plus de points gagnants (27) que d’erreurs directes (20).

« Elle a joué le match de sa vie », a résumé Jabeur.

Sabalenka, qui est âgée de 23 ans, n’avait jamais franchi la quatrième ronde à un tournoi du Grand Chelem avant Wimbledon. Mais elle a admis qu’elle avait livré une « grande performance ».

« J’ai encore cette opportunité de gagner un (tournoi du Grand) Chelem », a déclaré Sabalenka. « Je vais faire tout ce que je peux pour atteindre mon objectif. »