(Wimbledon) La réaction de John McEnroe au retrait de l’adolescente britannique Emma Raducanu au milieu de son match des Internationaux de tennis de Wimbledon a placé l’ancien tennisman étoile sous les projecteurs.

Associated Press

Raducanu, qui est âgée de 18 ans, a cessé de jouer alors qu’elle tirait de l’arrière au deuxième set de son duel de quatrième ronde contre Ajla Tomljanovic lundi soir. Raducanu a reçu la visite de soigneurs, puis a quitté le court pour prendre une pause médicale.

L’arbitre en chef a annoncé un peu plus tard que Raducanu, qui occupe le 338e rang au classement de la WTA, ne pourrait poursuivre le match en raison d’un problème de santé, sans toutefois en spécifier la teneur.

Tomljanovic menait 6-4, 3-0 lorsque la Britannique a abdiqué.

En parlant de Raducanu, McEnroe, qui œuvre à titre d’analyste pour le réseau de la BBC, a déclaré aux téléspectateurs : « il semble que ce soit devenu un peu trop, ce qui est compréhensible ».

McEnroe, un Américain sept fois vainqueur en tournois du Grand Chelem — incluant trois triomphes à Wimbledon — a ensuite fait référence à Naomi Osaka, qui s’est retirée des récents Internationaux de France et qui a aussi raté Wimbledon parce qu’elle avait besoin de faire une pause, pour le bien de sa santé mentale, avait-elle précisé.

Plus de deux heures plus tard, les responsables du All England Club ont fait savoir que Raducanu avait de la « difficulté à respirer ».

« Je ne peux pas imaginer être à sa place, à 18 ans, jouer en quatrième ronde dans ton pays. C’est quelque chose que je ne peux même pas imaginer », a réagi Tomljanovic lorsque questionnée au sujet des commentaires de McEnroe.

« Qu’il dise cela, il n’y a pas de doute que c’est dur. »

Dans un communiqué rendu public mardi, Raducanu a dit s’être retirée à contrecœur de son match parce qu’elle ressentait des étourdissements et qu’elle avait de la difficulté à respirer.

« Je pense que toute cette expérience m’a rattrapée », a-t-elle admis. « À la fin du premier set, après des échanges très vigoureux, j’ai commencé à respirer fortement et à me sentir étourdie. L’équipe médicale m’a conseillé de ne pas continuer, et même si j’avais l’impression que de ne pas finir mon Wimbledon sur le court était la chose la plus difficile à faire, je ne me sentais pas assez bien pour continuer. »

Raducanu, une invitée des organisateurs, a conquis le public britannique avec son improbable incursion jusqu’à la deuxième semaine du tournoi.

« Hier soir (lundi) va beaucoup m’aider à apprendre ce qui est nécessaire pour performer au niveau le plus élevé. »