(Wimbledon) Denis Shapovalov, 12e mondial, a mis un terme vendredi soir au beau parcours d’Andy Murray (118e), 6-4, 6-2, 6-2, à Wimbledon où il n’avait plus joué depuis 4 ans, et s’est ainsi qualifié pour les huitièmes de finale.

Agence France-Presse

Le Canadien de 22 ans affrontera l’Espagnol Roberto Bautista (10e) lundi pour une place en quart de finale.

À 34 ans, Murray n’avait plus joué à Wimbledon depuis son élimination en quarts en 2017. Il avait bénéficié d’une invitation des organisateurs cette année pour intégrer le tableau principal.

PHOTO ADRIAN DENNIS, AFP

Denis Shapovalov et Andy Murray

C’est la première fois en seize ans, depuis sa première participation à Wimbledon, qu’Andy Murray est éliminé aussi tôt dans le tournoi.

Après un premier tour compliqué mais de bon augure face au Géorgien Nikoloz Basilashvili (28e) remporté en quatre sets, il avait bataillé encore plus dur au 2e tour pour écarter en cinq sets l’Allemand Oscar Otte (151e et issu des qualifications).

« On me demande toujours “est-ce que c’est ton dernier Wimbledon, ton dernier match ?” Non ! Je vais continuer de jouer. Je veux jouer. J’aime ça. Je peux toujours évoluer au plus haut niveau. Il (Basilashvili) est classé dans les 30 premiers mondiaux et même si je n’ai joué que peu de matchs, je l’ai battu. Alors je continue ! », avait lancé l’ex-N.1 mondial à un public ravi à l’issue de son premier tour.

L’Écossais, double lauréat du Majeur sur gazon (2013 et 2016) et double champion olympique se bat pour retrouver son meilleur niveau après une opération de la hanche en janvier 2018 et une récente blessure à l’aine.

Accrocheur, râleur comme à son habitude, il a été dépassé par la fougue et la vitesse de Shapovalov qui, à 22 ans, atteint pour la première fois les huitièmes de finale à Wimbledon, un tournoi où il n’avait encore jamais dépassé le 2e tour (2018) en trois participations.

Il avait été battu en demi-finale au Queen’s juste avant Wimbledon et en quart à Stuttgart la semaine précédente.

Il a obtenu ses meilleurs résultats en Grand Chelem sur dur et en particulier à l’US Open où il a atteint les quarts de finale en 2020.

Il ne compte à ce jour qu’un seul titre à son palmarès, décroché à Stockholm en 2019 sur dur àl’ intérieur.