(Wimbledon) Wimbledon attendait ses champions depuis deux ans : lundi, le grand favori Novak Djokovic a perdu un set avant de dérouler lors d’un premier tour qui a déjà été fatal à Stefanos Tsitsipas.

Igor GEDILAGHINE Agence France-Presse

Et pour Andy Murray ce sont même quatre années qui se sont écoulées entre son dernier match dans le temple du tennis (une défaite en quarts de finale en 2017) et sa victoire lundi.

On pensait que sur la lancée de sa mémorable finale à Roland-Garros il y a quinze jours, Tsitsipas allait faire des étincelles à Wimbledon.

Mais en cette première journée très humide, il a été court-circuité par l’Américain Frances Tiafoe (57e) 6-4, 6-4, 6-3.

« La transition de la terre battue au gazon est, à mon avis, la plus compliquée, a expliqué le Grec de 22 ans. Je n’ai simplement pas réussi à m’adapter ».

Au contraire, Tiafoe était rayonnant : « J’ai été propre du début à la fin. C’est pour jouer comme ça contre les meilleurs du monde que je m’entraîne tous les jours ».

L’Américain de 23 ans n’avait encore jamais battu de joueur du Top 5 lors de ses onze précédentes tentatives.

« Super bon ! »

« C’est vraiment super bon ! », a-t-il lancé devant le public du Court N.1 qui l’a beaucoup soutenu.

De son côté, Djokovic qui inaugurait le Centre Court comme le fait traditionnellement le tenant du titre, a su passer l’obstacle Jack Draper (253e et invité) 4-6, 6-1, 6-2, 6-2.

Le Britannique de 19 ans a joué sa partition sans fausse note dès le début de la partie, tandis que Djokovic a eu du mal à s’accorder. Et notamment à trouver ses appuis, avec deux glissades qui l’ont vu terminer sur le dos.

« Je vais travailler mes déplacements et glisser moins parce que ça ne fonctionne manifestement pas », a-t-il analysé avant de quitter le court.

Draper pourra dire qu’il a pris un set au N.1 mondial et double tenant du titre, sur le court central de Wimbledon devant un public qui l’a bruyamment soutenu. Pour le reste, il n’aura pas grand-chose à ajouter tant les 252 places ATP qui séparent les deux joueurs sont devenues criantes une fois l’euphorie du Britannique passée et le Serbe entré dans son match.

Pas un point perdu

Draper a bien réussi quelques coups d’éclat, d’ailleurs applaudis par Djokovic, mais la main de fer du quintuple vainqueur du tournoi s’est soudain resserrée sur sa proie, en particulier grâce à une terrible efficacité au service. Au troisième set, il n’a pas perdu le moindre point sur sa mise en jeu !

« J’ai probablement réussi l’une de mes meilleures performances au service toutes surfaces confondues, a-t-il reconnu. On m’a dit que j’avais égalé mon record de 25 as en quatre manches. »

PHOTO GLYN KIRK, AGENCE FRANCE-PRESSE

Novak Djokovic

Effectivement, les statistiques parlent d’elles-mêmes : outre ses 25 as (pour 4 à son adversaire), Djoko n’a commis qu’une double faute (6 pour Draper), n’a concédé que trois balles de bris et n’en a perdu qu’une, a marqué 47 coups gagnants et commis 24 fautes directes (contre 26 et 27 pour Draper).

Dans la soirée, Murray s’est offert un bain de jouvence en battant le 28e mondial Nikoloz Basilashvili 6-4, 6-3, 5-7, 6-3.

« C’est génial d’être de retour, de jouer sur le Centre Court dans une telle atmosphère », s’est réjoui le double lauréat du Majeur sur gazon (2013 et 2016).

« Je peux toujours évoluer au plus haut niveau. Il (Basilashvili) est classé dans les 30 premiers mondiaux et même si je n’ai joué que peu de matchs, je l’ai battu. Alors je continue ! », a lancé l’ex-N. 1 mondial à un public ravi. Il venait quand même d’avoir chaud, puisque, menant 5-0 dans la troisième manche, il a laissé le Géorgien aligné sept jeux d’affilée pour remporter le set.

Double champion olympique, l’Écossais se bat pour retrouver son meilleur niveau après une opération de la hanche en janvier 2018 et une récente blessure à l’aine.

La pluie ayant fortement retardé le début du tournoi, la première qualifiée a été la Bélarusse Aryna Sabalenka (4e) qui a profité du toit du Court N.1 pour battre aisément la Roumaine Monica Niculescu (191e) 6-1, 6-4.

La lauréate 2017 Garbine Muguruza (12e) a été encore plus expéditive en infligeant une correction à la Française Fiona Ferro (51e) 6-0, 6-1 en 49 minutes.