(Halle) Le Québécois Félix Auger-Aliassime avait les yeux tournés vers une qualification possible à deux finales au tournoi de tennis de Halle, samedi. Il a accompli sa mission à moitié.

La Presse Canadienne

Trois jours après qu’il eut vaincu Roger Federer en deuxième ronde, Auger-Aliassime s’est incliné aux mains du Français Ugo Humbert, qui l’a emporté 6-4, 3-6, 7-6 (5), en 2 h 37, en demi-finale du simple masculin.

Auger-Aliassime visait une finale sur gazon pour un deuxième week-end consécutif, lui qui s’est incliné devant le Croate Marin Cilic au tournoi de Stuttgart la semaine dernière.

Toutefois, alors que les Internationaux de Wimbledon s’amorceront dans un peu plus d’une semaine, Auger-Aliassime dit ressentir un bon niveau de confiance.

« Je pense que j’ai vraiment réussi à avoir ce que je venais chercher ici », a-t-il déclaré lors d’une visioconférence.

« J’aurais espéré me donner une chance de faire une autre finale demain. Maintenant, il faut que je regarde le positif, il faut que je me repose un peu et que je sois frais quand je vais arriver à Wimbledon. Oui, j’ai des possibilités pour faire de belles choses. L’objectif, c’est de continuer à faire ce que je fais bien, sans hésitation et avec confiance. »

PHOTO CARMEN JASPERSEN, AGENCE FRANCE-PRESSE

Ugo Humbert

Un peu plus tard samedi, Auger-Aliassime et le Polonais Hubert Hurkacz ont atteint la finale du double masculin grâce à une victoire de 7-6 (4), 6-2 contre le tandem formé de l’Allemand Tim Puetz et le Néo-Zélandais Michael Venus.

Auger-Aliassime aura donc la chance de gagner un deuxième tournoi en double en carrière, face au duo composé de l’Allemand Kevin Krawietz et le Roumain Horia Tecau dimanche.

En novembre dernier, Auger-Aliassime et Hurkacz avaient remporté le Masters 1000 de Paris après avoir vaincu le Croate Mate Pavic et le Brésilien Bruno Soares.

Revanche

En prenant la mesure d’Auger-Aliassime, Humbert, classé 31e, a savouré une douce revanche aux dépens du Québécois qui l’avait battu 7-6 (5), 7-6 (8) en quarts de finale du tournoi de Stuttgart la semaine dernière.

« Ç’a été un excellent match de part et d’autre, mais ce fut très difficile physiquement et mentalement », a analysé Humbert, lors d’une entrevue accordée sur le court après l’affrontement.

« Je suis très fier d’avoir gagné ce match. Ç’a été exceptionnel », a ajouté Humbert, qui affrontera le Russe Andrey Rublev dimanche en finale.

Auger-Aliassime a entamé le duel avec aplomb, récoltant un bris dès le deuxième jeu pour se donner une priorité de 2-0. Cette avance aura toutefois été éphémère, Humbert lui rendant la monnaie de sa pièce dès le jeu suivant.

Auger-Aliassime a profité de deux autres balles de bris lors du sixième jeu, mais le Français de 22 ans a résisté avant d’obtenir son deuxième bris de manche initial, lors du septième jeu.

« Il y a eu plusieurs choses dans ce match-là. Un match en montagnes russes, où je commence très, très bien, je sers bien encore une fois. À ce niveau-là, ça marchait bien. D’un côté, il joue bien et je fais quelques fautes un peu non forcées qui sont difficiles dans la première manche. Je me fais briser deux fois ce qui est quand même inhabituel pour moi sur cette surface-ci. De mener 2-0 et perdre 6-4, c’est un peu difficile », a analysé le Québécois.

Humbert a continu sur sa lancée dès l’amorce du deuxième manche avec un autre bris de service.

Mais alors qu’il semblait en pleine maîtrise des échanges à son service, Humbert a soudainement flanché lors des sixième et huitième jeux, ouvrant la porte à une manche décisive.

Lors du cinquième jeu, Auger-Aliassime avait sauvé deux balles de bris alors qu’il faisait face à un déficit potentiel de 1-4.

À la troisième manche, Auger-Aliassime s’est donné cinq opportunités de briser le service de Humbert, trois lors du septième jeu et deux autres lors du neuvième jeu, sans parvenir à en concrétiser une seule.

Au dixième jeu, à son service, Auger-Aliassime a par ailleurs sauvé deux balles de match.

Humbert a pris l’avantage en obtenant un mini-bris sur le troisième point du bris d’égalité. Auger-Aliassime n’a jamais pu récupérer ce mini-bris et Humbert a mis fin au duel à sa cinquième balle de match lorsque le Québécois a expédié un retour de service au-delà de la ligne de fond.

« C’est dommage parce que franchement, à la troisième manche, je sens que je joue presque mieux que lui à certains moments. C’est moi qui ai les opportunités dans les 3e et 4e jeux (à son service) et ça ne va pas de mon côté. Mais franchement, je n’ai rien à me reprocher parce qu’il a bien joué chaque fois. […] Et il a fait un bris d’égalité incroyable. Il a gagné tous ses points au service. Des matchs comme ça, j’en ai gagné avant, cette fois-ci, je l’ai perdu. C’est sûr que c’est décevant, mais c’est la vie. »

Auger-Aliassime espérait participer à une neuvième finale en carrière, lui qui est toujours à la recherche d’un premier titre en simple sur le circuit de l’ATP.