(Madrid) Le N.6 mondial Alexander Zverev a remporté son quatrième trophée en Masters 1000, son premier depuis 2018, à Madrid déjà, en renversant l’Italien Matteo Berrettini (N.10) en trois sets 6-7 (8/10), 6-4, 6-3 dimanche, à trois semaines de Roland-Garros (30 mai-13 juin).

Agence France-Presse

Aux tours précédents, Zverev avait éliminé Rafael Nadal (N.2) en quarts de finale, puis Dominic Thiem (N.4) en demi-finales. Il s’agit de son deuxième titre de la saison après Acapulco (Mexique) en mars, le quinzième de sa carrière au total.

Les précédentes victoires en Masters 1000 de l’Allemand de 24 ans remontaient à 2017, à Rome et au Canada, et à 2018, dans la capitale espagnole.

Berrettini, qui restait sur un succès à Belgrade il y a deux semaines, sur ocre aussi, disputait sa première finale en Masters 1000, à 25 ans.

PHOTO BERNAT ARMANGUE, AP

Matteo Berrettini

En venant à bout de l’Italien, Zverev a enchaîné une troisième victoire consécutive face à un joueur du top 10, lui qui avait auparavant connu un début de saison sur terre battue timide, avec des éliminations dès les huitièmes de finale à Monte-Carlo et en quarts de finale à Munich (Allemagne).

Mais le grand Allemand (1,98 m) a dû batailler pendant 2 heures 40 minutes pour sortir vainqueur de cette finale.

Au bout d’une première manche extrêmement disputée, où Berrettini a breaké le premier (4-3) mais Zverev immédiatement recollé (4-4), les deux joueurs se sont départagés au jeu décisif sous le toit fermé de la « Caja Magica ».

Si l’Italien, alors redoutable avec son coup droit (22 coups gagnants sur ses 32 au total) et plus enclin à monter au filet, s’est rapidement échappé 5 points à 0, sa soudaine passivité a permis à l’Allemand de revenir à 5-5. Le N.10 mondial a toutefois réussi à virer en tête, à sa quatrième balle de manche, après 70 minutes de match, en profitant d’une double faute de son adversaire, qui s’était lui aussi procuré une occasion d’empocher cette manche deux points plus tôt.

Avec trois jeux blancs au service pour entamer la deuxième manche, un premier titre en Masters 1000 semblait à portée de Berrettini. Mais Zverev a tenu bon, s’est fait progressivement plus menaçant, quand l’Italien s’est mis à commettre davantage de fautes. C’est aussi sur une double faute, sa seule du match, qu’il a cédé un break décisif à 4 jeux partout.

Dans la manche décisive, Berrettini a fini par payer ses trop nombreuses fautes directes – cinquante au total, contre 28 à l’Allemand. Après deux breaks, un premier pour mener 3-2, à la faveur d’une grosse erreur en coup droit de l’Italien, et un dernier pour conclure la partie, Zverev s’imposait sur une ultime faute en revers de son adversaire.