(Melbourne) Naomi Osaka a remporté son quatrième titre du Grand Chelem en disposant de Jennifer Brady 6-4, 6-3 en finale des Internationaux d’Australie, samedi.

Associated Press

Osaka a remporté six jeux consécutifs après s’être retrouvée à égalité 4-4 en première manche pour prendre le contrôle de la rencontre et porter sa fiche à 4-0 en finale d’un tournoi majeur. Elle est la première joueuse à entamer sa carrière avec une telle fiche depuis l’Américaine Monica Seles il y a 30 ans.

La Japonaise a gagné ses 21 derniers matchs, une séquence qui a commencé la saison dernière. Pendant cette séquence, elle a notamment remporté les Internationaux des États-Unis l’an dernier. Osaka avait aussi remporté les Internationaux des États-Unis en 2018, et les Internationaux d’Australie en 2019.

PHOTO LOREN ELLIOTT, REUTERS

Naomi Osaka

« J’ai dit à tout le monde qui voulait bien m’écouter que tu serais un problème – et j’avais raison, a noté Osaka en riant à propos de Brady, lors de la cérémonie de remise du trophée, après lui avoir demandé si elle préférait qu’on l’appelle Jenny ou Jennifer. C’est très agréable de te regarder progresser depuis quelques mois. »

Brady, une Américaine âgée de 25 ans, disputait sa première finale dans un tournoi du Grand Chelem. Et elle croit qu’elle a sa place parmi l’élite de son sport.

PHOTO ANDY BROWNBILL, ASSOCIATED PRESS

Jennifer Brady

« J’appartiens à ce groupe. Je crois que je peux aspirer à la conquête d’un titre du Grand Chelem », a commenté Brady, qui passera du 24e au 13e échelon au classement mondial de la WTA.

« J’étais nerveuse, c’était évident. Et ça n’a pas joué en ma faveur. Mais en même temps, en quittant le terrain, je me suis dit : “OK, ça, c’est assez normal.” C’était différent de ce que je m’attendais à ressentir. Si vous m’aviez posé la question il y a un an, alors j’aurais répondu que c’était impossible – ou que c’était comme si je voulais aller sur Mars. »

Brady a été soumise à une quarantaine stricte de 15 jours à son arrivée en Australie, en janvier, après qu’une personne eut reçu un diagnostic de COVID-19 à bord du vol nolisé sur lequel elle se trouvait. Un imprévu qui pourrait avoir joué contre elle.

« J’ai participé à ma première finale d’un tournoi du Grand Chelem. Ainsi, si je n’avais pas été en quarantaine, peut-être que j’aurais gagné. Peut-être, a confié Brady en souriant. Honnêtement, je ne crois pas que ça ait eu un effet sur ma performance. Mais qui sait ? On ne peut en être certain. »

En double mixte, Barbora Krejčíková et Rajeev Ram ont décroché leur deuxième titre des Internationaux d’Australie en trois ans après avoir signé une victoire de 6-1, 6-4 en finale contre Samantha Stosur et Matthew Ebden.

Krejčíková a maintenant savouré la conquête de trois championnats consécutifs de double mixte à Melbourne Park. Elle avait aussi triomphé avec Ram, son partenaire de jeu américain, en 2019, et avec Nikola Mektić l’an dernier.

Krejčíková et sa partenaire de jeu tchèque Kateřina Siniaková ont plié l’échine en finale du double féminin vendredi, devant Elise Mertens et Aryna Sabalenka.

Ram peut toujours espérer l’emporter en double masculin. Joe Salisbury et lui tenteront de défendre leur titre avec succès en finale dimanche, contre Ivan Dodig et Filip Polášek.