Félix Auger-Aliassime devra encore patienter avant de savourer un premier titre sur le circuit de l’ATP. Battu dimanche en finale du tournoi de Murray River par le Britannique Daniel Evans, 6-2, 6-3, le Canadien, 21e joueur mondial, a perdu une septième finale en sept participations.

Michel Marois Michel Marois
La Presse

Impressionnant depuis le début de la semaine dans ce tournoi préparatoire en vue des Internationaux d’Australie et disputé sur les mêmes courts du Melbourne Park, Auger-Aliassime a été rattrapé par la pression. Evans (33e), un vétéran de 30 ans qui joue avec beaucoup de constance et une grande variété de coups, a empêché son jeune adversaire d’imposer sa puissance.

Plus erratique, beaucoup moins solide au service que lors de ses sorties précédentes cette semaine, Auger-Aliassime n’a jamais trouvé son rythme et, comme cela lui était arrivé lors de ses finales précédentes, il a complètement subi le match.

Après un début de match équilibré, Evans a pris l’avantage dans le cinquième jeu quand Auger-Aliassime a gâché un avantage de 40-15 pour subir un premier bris de service. L’histoire s’est répétée dans le septième jeu et Evans a facilement scellé le gain de la première manche dans le jeu suivant. Le Britannique a d’ailleurs remporté ses 11 premiers points au service et 16 en 18 au total de la première manche.

Sûr de lui, Evans n’a pas relâché la pression en deuxième manche et il s’est encore bâti un avantage rapide avec des bris dans le troisième et le septième jeu. Un peu nerveux en vue d’un premier titre en carrière (à sa troisième finale), le Britannique a subi un premier bris dans le huitième jeu. Il a finalement remporté la victoire au terme du jeu suivant, très disputé, à la faveur d’une volée gagnante après 1 heure 18 minutes de jeu.

Après le match, Auger-Aliassime a félicité son adversaire, tout en tenant à remercier les organisateurs pour la tenue du tournoi dans les circonstances actuelles.

Avant le tournoi de Murray River, Auger-Aliassime avait donc pris part à six finales sur le circuit de l’ATP, trois en 2019 (Rio, Lyon et Stuttgart) et trois en 2020 (Rotterdam, Marseille et Cologne).

« J’ai quand même eu à affronter d’excellents adversaires en finale l’année dernière, des joueurs mieux classés [Gaël Monfils, Stefanos Tsitsipas et Alexander Zverev], qui étaient meilleurs que moi sur papier, rappelait-il cette semaine. C’est différent cette fois, mais ça ne veut pas dire que ce sera plus facile… »

Ça ne l’a pas été, mais malgré sa défaite, Auger-Aliassime va gagner deux rangs au classement masculin, retrouvant le top 20 à la 19place. Et il aura bien d’autres chances d’obtenir ce premier titre que tout le monde lui prédit.

Déjà les Internationaux

Auger-Aliassime sera de retour rapidement sur les courts du centre de tennis de Melbourne puisqu’il disputera dès lundi (la nuit prochaine) son match de premier tour des Internationaux d’Australie. Le 20favori du tournoi fera face à l’Allemand Cedrik-Marcel Stebe (128e), qui a été repêché des qualifications (lucky loser).

Quatre autres Canadiens seront aussi en action, avec notamment le retour très attendu de Bianca Andreescu. La huitième joueuse mondiale, qui n’a pratiquement plus joué depuis sa victoire aux Internationaux des États-Unis de 2019, affrontera la Roumaine Mihaela Buzărnescu, 138e mondiale.

Denis Shapovalov se mesurera quant à lui au redoutable Italien Jannik Sinner, la révélation des derniers mois, alors que Milos Raonic jouera son premier match contre l’Argentin Federico Coria.

Rebecca Marino, qui revient en Grand Chelem à 30 ans après une « retraite » et un retour compliqué par les blessures, a été choyée avec un premier tour contre la modeste Australienne Kimberly Birrell (740e), qui a reçu un laissez-passer.