(Melbourne) Nick Kyrgios (26e mondial) a éliminé le Russe Karen Khachanov (17e) samedi au troisième tour des Internationaux d’Australie au terme d’un match très accroché et très spectaculaire remporté 6-2, 7-6 (7/5), 6-7 (6/8), 6-7 (7/9), 7-6 (10/8) en 4 h 26.

Agence France-Presse

L’Australien de 24 ans affrontera pour une place en quarts de finale le N.1 mondial Rafael Nadal, contre qui il compte trois victoires et quatre défaites.

« Le bilan penche en sa faveur », a-t-il simplement rétorqué à Jim Courrier, l’ancien N.1 mondial, qui lui faisait remarquer que peu de joueurs pouvaient se targuer d’un tel bilan face à l’Espagnol.

« Mais quoi qu’il se passe entre nous, il est un immense joueur, peut-être le plus grand de tous les temps… mais je ne pense pas à ça. Pour le moment, je ne pense qu’à mes jambes, que je dois mettre dans un bain glacé, et à manger quelque chose. »

Immédiatement après ce match contre Khachanov, joué dans une ambiance digne de la Coupe Davis à ses grandes heures, et qui s’avère être le plus long qu’il ait jamais joué, Kyrgios ne parvenait simplement pas à trouver ses mots.

PHOTO GREG WOOD, AGENCE FRANCE-PRESSE

Karen Khachanov

« Mec, c’est dingue… je ne sais même pas quoi dire là, c’était complètement fou. Je n’ai pas les mots pour dire ce que je ressens là », a-t-il commencé par dire.

La plus visible marque de son émotion a été sa façon de s’allonger sur le dos une fois la balle de match, sa troisième de la partie, remportée.

Car, outre les coups spectaculaires, les coups inutiles mais qui l’amusaient, parfois efficaces, parfois perdants, outre les plongeons, outre les auto-invectives et la colère contre l’arbitre, Kyrgios a livré un match d’une tension extraordinaire durant lequel Khachanov lui a donné une réplique sur mesure. « C’est un guerrier absolu », a assuré Kyrgios en estimant que cette victoire était « sans aucun doute l’une des plus belles de [sa] carrière ».

PHOTO KIM HONG-JI, REUTERS

« Chacune de mes jambes pèse 40 kg », a-t-il avoué.

Et mentalement, il a fallu être sacrément solide, surtout après avoir manqué une balle de match au 3e set, puis encore une au 4e, et voir Khachanov à deux points du match dans le super bris d'égalité avec deux services à suivre (8-7 pour le Russe). Mais c’est l’Australien qui a aligné trois points d’affilée, dont les deux premiers sur service adverse, pour se qualifier.

Il a déjà atteint deux fois les quarts en Grand Chelem (Wimbledon 2014 et Australie 2015), sans jamais parvenir à aller plus loin. L’an dernier, il avait été éliminé dès le 1er tour à Melbourne.