(Paris) Rafael Nadal a été bousculé par Pablo Carreno, mais a fini par se qualifier pour les demi-finales du Masters 1000 de Paris, comme Daniil Medvedev qui, lui, n’a fait qu’une bouchée de Diego Schwartzman.

Igor GEDILAGHINE Agence France-Presse

Ce dernier pourra se consoler : l’élimination de Carreno (15e mondial) permet à l’Argentin (9e) de se qualifier pour la première fois, à 28 ans, pour le Masters de Londres (15-22 novembre) qui réunit les huit meilleurs joueurs de la saison. Il y rejoint Novak Djokovic, Rafael Nadal, Dominic Thiem, Daniil Medvedev, Stefanos Tsitsipas, Alexander Zverev et Andrey Rublev.

Nadal, qui n’a encore jamais remporté le tournoi intérieur parisien, affrontera samedi pour une place en finale Alexander Zverev (7e) qui a battu Stan Wawrinka (20e) 6-3, 7-6 (7/1). L’an dernier, l’Espagnol avait déclaré forfait juste avant sa demie.

L’homme aux 13 couronnes sur la terre battue de Roland-Garros a été dominé dans la première manche et n’a pas semblé en mesure de prendre le dessus dans la deuxième… jusqu’à ce qu’il réussisse le bris dans l’ultime jeu. La manche décisive a été à sens unique, le N.2 mondial remportant les cinq derniers jeux pour finalement s’imposer 4-6, 7-5, 6-1.

Mercredi, Nadal avait dû se battre bec et ongles contre un autre compatriote, Feliciano Lopez, 64e raquette mondiale âgée de 39 ans, qu’il a fini par vaincre en trois manches 4-6, 7-6 (7/5), 6-4.

Soulagé d’avoir vaincu Carreno, Nadal n’était cependant pas satisfait de sa prestation.

« Il a bien débuté la partie. Le problème, c’est qu’il gagnait trop facilement ses mises en jeu. Je n’arrivais pas à retourner suffisamment bien ses services », a-t-il analysé.

« Mon service fonctionne bien, j’ai l’impression de jouer de mieux en mieux. Mais il faut que je sois meilleur en retour si je veux aller plus loin », a-t-il martelé.

Le prochain obstacle sera donc Zverev, en quête d’un troisième trophée consécutif après ses titres dans les deux tournois joués coup sur coup à Cologne (Allemagne) en octobre.

En battant Wawrinka, l’Allemand de 23 ans a étiré à onze sa série de victoires consécutives. Sa dernière défaite remonte aux huitièmes de finale de Roland-Garros, face au jeune Italien Jannik Sinner.

Medvedev balaie Schwartzman, jouera contre Raonic

De son côté, Medvedev (5e) a retrouvé face à Schwartzman, battu 6-3, 6-1, le jeu qui lui a permis de briller l’an dernier (finale à l’US Open et deux premiers titres en Masters 1000 à Cincinnati et Shanghai), mais qui lui faisait défaut cette saison. Il affrontera Milos Raonic (17e) qui a sauvé deux balles de match avant d’écarter Ugo Humbert (34e) 6-3, 3-6, 7-6 (9/7).  

« Mon niveau de jeu aujourd’hui était très bon et c’est le niveau auquel je voudrais pouvoir jouer tout le temps… mais c’est impossible », a estimé Medvedev après avoir surclassé l’un des joueurs en forme de l’année (vainqueur de Nadal à Rome, demi-finaliste à Roland-Garros). Il se hisse ainsi pour la première fois dans le dernier carré à Bercy.

Medvedev a notamment pu s’appuyer sur un gros service en remportant 93 % des points joués après sa première balle. Et il a été très efficace en retour avec 26 points gagnés sur le service adverse.

« Quand on joue en salle sur dur, il est important de bien servir. Donc si je parviens à continuer de servir comme ça, j’ai une bonne chance d’atteindre au moins le bris d’égalité et sinon j’ai plus de chances de faire le bris que mon adversaire. Ça donne de la confiance », a-t-il souligné.

Il a toutefois tempéré son enthousiasme en rappelant que « Milos (Raonic) était l’un des plus grands serveurs, peut-être de l’histoire du tennis ».

Le Canadien en a fait la preuve face à Humbert (34e) en servant régulièrement à plus de 220 km/h et en concluant le match sur un as après avoir sauvé deux balles de match dans le bris d’égalité final.

« Jouer à l’intérieur, ça m’aide. Et je suis content de mon niveau. Je suis content de m’être bien battu pour m’en sortir et de pouvoir rejouer demain (samedi) », a-t-il commenté.

Ayant livré un combat plus « difficile émotionnellement » que physiquement, il est certain d’être prêt pour sa demie. Avec pour objectif de rejouer, après 2014, une finale à Bercy.