(Paris) Petra Kvitova n’en croyait pas ses yeux et se tenait sans bouger, ne pouvant réaliser qu’elle venait d’accéder à ses premiers quarts des Internationaux de France en huit ans après avoir évincé Shuai Zhang 6-2, 6-4.

Jérôme Pugmire
Associated Press

Quand l’arbitre est descendu de sa chaise pour confirmer que son revers à deux mains avait bien respecté les limites du court, elle a laissé aller ses émotions. La Tchèque, septième tête de série, a regardé vers le ciel et salué le peu de spectateurs réunis au court Philippe-Chatrier.

PHOTO CHRISTIAN HARTMANN, REUTERS

La Chinoise Zhang Shuai.

« Je suis devenue un peu émotive sur les deux derniers points du match, a-t-elle admis. Mes souvenirs, de bons souvenirs. Quand j’ai effectué mon retour ici, en 2017, quand j’ai foulé le Philippe-Chatrier, je ne pouvais m’imaginer en quarts de finale de ce tournoi majeur. Tout m’est revenu en mémoire. »

Il y a trois ans, la gauchère a effectué son retour à Roland-Garros après de sérieuses blessures à la main gauche, causées par une attaque au couteau subie dans son domicile, en République tchèque.

« Quand j’en parle, l’émotion me gagne toujours. Ça a été un long périple, à n’en pas douter, a-t-elle ajouté. J’ai repensé à ma famille, tous ces gens que j’aime et qui m’ont tant aidée dans ces moments difficiles. »

Puis, elle a dû gérer le stress engendré par les balles de match.

Aux Internationaux des États-Unis le mois dernier, au même point dans le tournoi, Kvitova, gagnante à Wimbledon en 2011 et 2014, a bousillé quatre balles de match face à l’Américaine Shelby Rogers.

« Ce match a été très difficile. Même si j’avais bien joué, je n’étais pas passé au travers. […] Ça a été très douloureux. »

Le succès lui avait jusqu’ici échappé à Roland-Garros, où une seule fois, en 2012, elle a atteint le carré d’as. Depuis, elle n’avait atteint le quatrième tour qu’une seule fois, il y a cinq ans.

PHOTO MICHEL EULER, ASSOCIATED PRESS

La Tchèque Petra Kvitova était émue après sa victoire de lundi, qui lui donne accès aux quarts de finale aux Internationaux de France.

« Ça avait été un miracle pour moi de faire les demi-finales ici. Après huit ans, d’être de nouveau en quarts, c’est super. J’en suis très heureuse. Je suis très heureuse d’être encore capable de jouer toutes les surfaces. »

Kvitova a eu l’occasion de fermer les livres à 5-2, mais Zhang a brisé son service avant de confirmer.

« Elle a très bien servi, a souligné Kvitova. Elle était très agressive. C’était une belle bataille aujourd’hui. »

La joueuse âgée de 30 ans affrontera au prochain tour Laura Siegemund.

L’Allemande, qui n’est pas une tête de série, a vaincu Paula Badosa 7-5, 6-2 pour se qualifier pour les quarts de finale d’un tournoi majeur pour la première fois de sa carrière.

La joueuse de 22 ans n’avait jamais dépassé le deuxième tour à Paris et jamais le troisième dans un tournoi du Grand Chelem.

La jeune Fiona Ferro perd contre Sofia Kenin

Dans les autres matchs à l’affiche, la Française Fiona Ferro a donné des sueurs froides à la quatrième tête de série, l’Américaine Sofia Kenin, avant de baisser pavillon 2-6, 6-2 et 6-1 sur la terre battue du stade Philippe Chatrier.

PHOTO CHRISTIAN HARTMANN, REUTERS

Fiona Ferro

Kenin, la championne des Internationaux d’Australie, affrontera en quarts de finale la gagnante du duel entre sa compatriote Danielle Collins et la Tunisienne Ons Jabeur, 30e tête de série. Celui-ci se déroulera cependant mardi, en raison de la pluie qui s’abattait sur Paris lundi soir.

Les spectateurs sont là pour rester

D’autre part, les forces policières de Paris ont décidé de maintenir la limite de 1000 spectateurs par jour sur le site de Roland-Garros pour la dernière semaine d’activités, une décision qui soulagera plusieurs joueurs.

La plupart d’entre eux ont indiqué qu’ils appréciaient la présence de spectateurs dans les estrades, même s’ils sont moins nombreux qu’à l’habitude.

Le commissaire du service de police de Paris, Didier Lallement, a indiqué que les bars fermeront pour deux semaines à compter de mardi afin de lutter contre la pandémie de coronavirus.