(Paris) Rafael Nadal a poursuivi sa domination en accédant aux quarts de finale des Internationaux de tennis de France pour la 14e fois, dimanche, après avoir malmené l’Américain Sebastian Korda 6-1, 6-1, 6-2.

John Leicester
Associated Press

Nadal a été intraitable face à un joueur qui le vénère à tel point qu’il a nommé son chat Rafa. L’Espagnol, qui convoite un 13e titre en carrière à Roland-Garros, n’a toujours pas concédé la moindre manche depuis le début du tournoi. S’il triomphe sur la terre battue parisienne, alors il obtiendrait un 20e titre majeur, lui permettant d’égaler la marque qui appartient au Suisse Roger Federer.

Korda, le fils du champion des Internationaux d’Australie en 1998 Petr Korda, a tout simplement été terrassé par la puissance de Nadal. Le vétéran âgé de 34 ans a cependant eu de bons mots pour le jeune joueur de 20 ans, qualifiant son jeu de « très impressionnant ».

« Pour notre génération, nous voulons jouer avec intensité, a dit Nadal. Si ça inspire les plus jeunes, alors c’est bien. »

Nadal sera confronté à un autre bel espoir du tennis masculin en quarts de finale.

Il affrontera l’Italien Jannik Sinner, qui est venu à bout de la sixième tête de série Alexander Zverev 6-3, 6-3, 4-6 et 6-3, après un peu plus de trois heures de jeu.

Des propos inquiétants de Zverev

Après la rencontre, Zverev a dit qu’il était malade, qu’il faisait beaucoup de fièvre et qu’il avait le souffle court — des symptômes qui ne sont pas sans rappeler ceux de la COVID-19.

PHOTO ANNE-CHRISTINE POUJOULAT, AGENCE FRANCE-PRESSE

Alexander Zverev

« Je n’aurais pas dû jouer, a-t-il simplement dit. Je suis vraiment malade. Je ne suis pas capable de respirer, comme vous pouvez l’entendre dans ma voix. »

Les organisateurs des Internationaux de France ont indiqué que la sixième tête de série n’avait pas consulté leurs médecins sur place avant son duel contre Sinner.

Zverev a précisé que sa fièvre a atteint 38 degrés Celsius, la nuit précédente. Les symptômes ont commencé après sa victoire en sets consécutifs contre l’Italien Marco Cecchinato au troisième tour, et il a dit que « je ne suis pas dans la meilleure forme physique ».

Pour sa part, Sinner a indiqué que de son point de vue, l’autre côté du filet, l’Allemand avait l’air « O. K., vous savez, parce qu’il a beaucoup couru aux troisième et quatrième sets ».

Par ailleurs, les organisateurs ont évacué deux joueuses du tournoi junior qui s’est mis en branle dimanche après qu’elles aient obtenu des diagnostics positifs à la COVID-19. L’identité des joueuses n’a pas été révélée.

Thiem poursuit sa route

Dans les autres matchs à l’affiche dimanche au tableau masculin, la logique a été respectée. Mais ça n’a pas été facile.

L’Autrichien Dominic Thiem, la troisième tête de série, a trimé dur avant de prendre la mesure de l’espoir français Hugo Gaston 6-4, 6-4, 5-7, 3-6 et 6-3 au quatrième tour, mettant la table pour un duel en quarts de finale contre l’Argentin Diego Schwartzman.

Schwartzman, la 12e tête de série du tournoi, a aisément évincé l’Italien Lorenzo Sonego 6-1, 6-3 et 6-4 dans l’autre match présenté en fin de journée.

Halep évincée

Un vent de changement a soufflé sur les Internationaux de tennis de France, dimanche, et il a été engendré par la tombeuse d’Eugenie Bouchard au tour précédent.

Iga Swiatek, qui avait été humiliée 6-1, 6-0 par Simona Halep sur la terre battue parisienne l’an dernier, a malmené à son tour la favorite Simona Halep, lui infligeant un revers de 6-1, 6-2 au quatrième tour dimanche.

PHOTO MARTIN BUREAU, AGENCE FRANCE-PRESSE

Simona Halep était la favorite du tournoi, surtout en l’absence de la lauréate 2019 et N.1 mondiale Ashleigh Barty.

Halep, qui a triomphé à Roland-Garros en 2018 et également à Wimbledon l’an dernier, n’a jamais pu établir son jeu sur le terrain du stade Philippe Chatrier contre la Polonaise âgée de 19 ans.

Cette dernière, qui avait plié l’échine devant Halep en seulement 45 minutes au quatrième tour l’an dernier à Paris, a ainsi accédé aux quarts de finale d’un tournoi du Grand Chelem pour la première fois. Cette fois-ci, Halep a baissé pavillon après 23 minutes supplémentaires.

La Roumaine n’a pas obtenu la moindre balle de bris contre son adversaire, qui en a provoqué 14 contre elle, la brisant en deux occasions dans chaque set et l’empêchant d’exploiter son service.

« Elle était partout, a confié Halep, qui connaissait une séquence de 17 victoires. Je vais manger du chocolat, et ça ira mieux demain. »

PHOTO ALESSANDRA TARANTINO, ASSOCIATED PRESS

Iga Swiatek

En plus de cette surprise, la qualifiée italienne Martina Trevisan a évincé la cinquième tête de série Kiki Bertens 6-4, 6-4 quelques minutes plus tard sur le court du stade Suzanne Lenglen.

Swiatek, la seule jeune femme qui a atteint le quatrième tour, et Trevisan, l’une des deux qualifiées à avoir accédé à ce stade-ci du tournoi, s’affronteront maintenant. Il s’agira de leur première participation aux quarts de finale d’un tournoi majeur.

Trevisan, 159e raquette mondiale, dispute son deuxième tournoi du Grand Chelem en carrière. Elle avait été exclue dès le premier tour aux Internationaux d’Australie plus tôt cette année.

Swiatek, qui a aussi pris part aux quarts de finale à Melbourne Park cette année, a mentionné qu’elle avait récemment passé ses examens scolaires. Elle souhaite maintenant se concentrer sur le tennis, afin de déterminer si elle continue dans cette voie ou si elle s’inscrit à l’université.

À en juger par ses performances sur la terre battue jusqu’ici, les livres pourraient attendre encore un peu.