(Paris) Bon sang ne saurait mentir : Sebastian Korda, qualifié mercredi pour le 3e tour de son premier Roland-Garros, trace sa route dans le sillage de son père Petr, finaliste en 1992, de sa mère Regina, 26e mondiale en tennis, tandis que ses sœurs Nelly et Jessica arpentent les verts du circuit LPGA de golf.

Igor GEDILAGHINE
Agence France-Presse

Lorsque le Tchèque Petr Korda a remporté l’Open d’Australie en 1998, il ne se doutait certainement pas que 20 ans après, son fils Sebastian, américain, car né à Bradenton (Floride) où il réside toujours et où il s’entraîne à l’IMG Academy de Nick Bollettieri, en ferait de même chez les juniors et atteindrait à 20 ans le 3e tour de Roland-Garros 2020 en battant le 23e mondial John Isner.

PHOTO TIRÉE DU COMPTE TWITTER DE L’ATP

Petr et Sebastian Korda

« Mes parents ont regardé tout le match, mes sœurs également. Tout le monde est très excité. J’ai appelé ma mère en premier en sortant du court. Toute la famille est très contente », a confié Sebastian dont la famille est restée aux États-Unis.

Sa mère Regina Kordova a elle aussi joué une finale sur la terre battue parisienne en 1989, mais il s’agissait du tournoi Clarins et non de Roland-Garros.

Quant à ses sœurs, s’il les cite c’est parce que bien que frappant une balle plus dure, plus petite et blanche, elles sont pour lui un exemple à suivre.

Cocon familial

« Nous sommes tout le temps en contact et nous parlons souvent de ce que nous pourrions mieux faire. Oui, elles me sont d’une grande aide et je les aime beaucoup », a-t-il expliqué.

« Nous avons des calendriers de fous, mais cette année, avec le confinement, j’ai beaucoup vu Nelly et pas mal Jessica. C’était bien d’être tous à la maison parce que nous ne passons pas beaucoup de temps ensemble », a souligné le jeune tennisman.

PHOTO RINGO H.W. CHIU, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Nelly Korda

Jessica, l’aînée âgée de 27 ans, est 22e mondiale. Comme son père et comme son frère, elle a remporté l’Omnium d’Australie, mais en golf, en 2012. Elle a depuis remporté quatre autres tournois et fini 4e de l’ANA Inspiration en 2018, son meilleur résultat en Majeur à ce jour.

Nelly, âgée de 22 ans est actuellement 2e mondiale. Elle aussi s’est imposée en Australie, en 2019. Elle a pour meilleur résultat en Majeur une 10e place à l’Omnium des États-Unis 2018.

Comme papa

Pourtant, Sebastian les a battues à leur propre jeu… lorsqu’il avait 11 ans. « Il faudra qu’elles vivent avec ! », a-t-il plaisanté.

Mais c’est sur les traces de son père Petr, avec qui la ressemblance physique est frappante, que Sebastian Korda veut marcher, lui qui était 213e à l’ATP avant Roland-Garros. Et du coup c’est Petr, qui a atteint le 2e rang mondial à la suite de son succès à Melbourne, qui entraîne, pousse et soutient Sebastian dans son ascension.

PHOTO KELVIN KUO, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Jessica Korda

« Mon père supervise tout », a confirmé le fils après sa victoire au premier tour contre Andreas Seppi, son tout premier match gagné sur le circuit principal du tennis professionnel. Auparavant, il en avait perdu trois : au 1er tour du tournoi ATP 250 de New York en 2018, pour lequel il avait bénéficié d’une invitation, au premier tour du Masters 1000 de Cincinnati (en août à New York) pour lequel il avait passé deux tours de qualifications et au 1er tour des Internationaux des États-Unis, où il avait été invité.

Quarts de finale à Drummondville

Jusque-là, il n’avait gagné des matchs que sur le circuit secondaire Challenger, avec pour meilleur résultat un quart de finale en février à Drummondville.

« Mon père ne voyage pas beaucoup avec moi, mais nous sommes toujours en contact et dès que je suis à la maison, nous sommes ensemble sur un court. Il m’aide beaucoup et je ne pense pas que j’en serais arrivé là où je suis sans lui. Je lui dois beaucoup », a assuré le fiston dont le jeu d’attaque le prédispose plutôt aux surfaces rapides.

« Mais comme j’ai grandi sur terre battue, je sais un peu comment m’y prendre », a-t-il relevé… après en avoir apporté la preuve.