(Paris) Invitée de dernière minute aux Internationaux de tennis de France, Eugenie Bouchard a remporté dimanche son match de premier tour, 6-4 et 6-4, contre la Russe Anna Kalinskaya (113e).

Michel Marois Michel Marois
La Presse

Il s’agissait d’une première victoire en Grand Chelem depuis janvier 2019 pour celle qui n’était que 330e au classement à la mi-août, mais qui est assurée de revenir parmi le top 150 mondial.

« Je suis vraiment heureuse d’avoir reçu ce laissez-passer de la Fédération française, contente aussi d’avoir pu justifier leur confiance avec cette victoire, a souligné la Québécoise en visioconférence. Nous avons toutes deux eu des ennuis à trouver notre rythme, et j’ai peut-être manqué de patience au début du match. Je l’ai toutefois vite réalisé et j’ai adapté mon jeu aux conditions. »

Disputé dans la fraîcheur (le froid !) de la fin de journée, sous les projecteurs et devant des gradins déserts, le match ne ressemblait guère à ce à quoi Bouchard est habituée à Roland-Garros.

Menée 3-4 avec un bris contre elle, la joueuse de 26 ans a enlevé 12 des 13 points suivants pour se sauver avec la première manche. En deuxième manche, les deux joueuses ont encore eu de la difficulté à conserver leur service, mais Bouchard a enlevé les trois derniers jeux pour assurer sa victoire en 1 h 21 min

Au total, Bouchard a réussi six bris en huit occasions et, même si elle a cédé quatre bris et commis 27 fautes directes, une de moins que sa rivale, elle a su s’imposer en réussissant deux fois plus de coups gagnants (18-9), notamment d’excellents amortis.

La joueuse de Westmount a aussi fait la différence grâce à sa condition physique, comme on l’a vu en fin de manches.

« Je travaille très fort depuis le début de l’année et je suis probablement dans la meilleure forme physique de ma vie, a-t-elle insisté. J’ai travaillé sur ma force et sur mon endurance, je sais que je peux aller jusqu’au bout des longs matchs, comme je l’ai fait récemment au tournoi d’Instanbul [où elle est allée en finale]. Cela me procure encore plus de confiance.

« Avec les conditions que nous avons ici, il faut être prête à se battre pour chaque point. Il faut vraiment en avoir envie, accepter et apprécier cette sorte de souffrance, et c’est très gratifiant de bien jouer et de gagner. »

Contre Gavrilova

Bouchard affrontera au deuxième tour l’Australienne Daria Gavrilova, 788e au classement après une longue absence liée à une blessure à un pied. Ancienne 20e mondiale, Gavrilova bénéficie d’un classement protégé, et elle a surpris au premier tour l’Ukrainienne Dayana Yastremska, 29e mondiale et 24e favorite, 6-4 et 6-3.

En carrière, Bouchard présente une fiche de deux victoires et une défaite contre Gavrilova, mais elles ne se sont pas affrontées depuis 2013.

« Je la connais depuis les juniors — nous sommes du même âge — et nous avons disputé plusieurs matchs, mais je ne me souviens plus vraiment la dernière fois, a expliqué Bouchard. C’est une battante elle aussi, avec un jeu complet, et je m’attends à un match très difficile. Je serai prête à tout et je sais que je devrai jouer mieux que je l’ai fait aujourd’hui [dimanche]. »

Bouchard aura ainsi la chance mercredi de franchir le deuxième tour à Roland-Garros pour la première fois depuis 2014, quand elle avait atteint les demi-finales. En attendant, elle devra se soumettre aux règles très strictes imposées par les organisateurs.

« Je m’estime chanceuse de pouvoir prendre part à un tournoi du Grand Chelem, c’est une bonne façon de terminer cette année étrange. Je pense donc qu’il faut accepter la situation. Si c’est ce que nous devons faire pour continuer à exercer notre boulot, il faut l’accepter. »

Quand on lui a demandé comment elle entendait passer le temps au cours de prochains jours, elle a répliqué : « J’ai quelques livres avec moi. J’ai aussi des abonnements à Netflix, Hulu et d’autres chaînes de télé en ligne. Je regarde présentement la série Passions. J’ai aussi finalement commencé à regarder Selling Sunsets. Je n’apprécie pas particulièrement la téléréalité, mais tout le monde en parlait et je me sentais en peu en dehors de la conversation… »

Lundi : Auger-Aliassime, Fernandez et Diez

Il faudra vous lever tôt ce lundi matin pour suivre le premier match du Québécois Félix Auger-Aliassime à Roland-Garros. Son duel de premier tour contre le Japonais Yoshihito Nishioka sera en effet le premier de la journée sur le court 9, à 5 h, heure de Montréal (11 h à Paris). Leylah Annie Fernandez affrontera pour sa part la Polonaise Magda Linette, sur le court 4. Le match est le quatrième au programme, probablement autour de midi à notre heure. Le Canadien Steven Diez sera aussi en action alors qu’il affrontera l’Américain Mackenzie McDonald.