(New York) L’ancien numéro 1 mondial Andy Murray, deux fois vainqueur du tournoi, bénéficie d’un laissez-passez pour le Masters 1000 de Cincinnati, délocalisé du 20 au 28 août à New York, juste avant les Internationaux des États-Unis, ont annoncé lundi les organisateurs.

Agence France-Presse

Outre le Britannique, les Américains Tennys Sandgren (55e joueur mondial) Tommy Paul (57e) et Frances Tiafoe (81e) ont également été invités à ce tournoi auquel sont notamment inscrits Novak Djokovic et Rafael Nadal, ainsi que le Russe Daniil Medvedev, tenant du titre.

Retombé à la 129e place du classement ATP suite à ses opérations à la hanche qui l’avaient poussé à annoncer sa retraite début 2019, avant de revenir sur sa décision, Murray tente cette année un retour au plus haut niveau.

Mais en dépit de cette invitation, sa présence du côté de Flushing Meadows n’est pas encore garantie. Le double champion olympique attend en effet d’en savoir plus sur les protocoles sanitaires qui seront imposés, notamment au retour des États-Unis vers l’Europe où une quarantaine pourrait être imposée. Ce qui compliquerait les choses pour jouer dans la foulée à Madrid.

Ce Masters 1000 de Cincinnati, déplacé à New York, est censé marquer la reprise du circuit masculin, à huis clos, dans la bulle du centre national Billie Jean King où s’enchaîneront les Internationaux des États-Unis (31 août au 13 septembre).

Pour l’heure, à l’instar de Djokovic et Nadal, Murray n’a pas encore confirmé sa participation à la manche américaine du Grand Chelem. Mais il s’y « prépare mentalement », a-t-il confié la semaine passée au quotidien gratuit Metro.  

« Nous disions il y a quatre ou cinq semaines que nous étions plutôt sceptiques à ce sujet, mais mentalement, à un certain moment, vous devez commencer à vous préparer et à vous organiser. »

Donc « je me prépare pour être en forme aux Internationaux des États-Unis », a-t-il ajouté, même s’il est « inquiet » sur son maintien alors que les États-Unis sont le pays le plus touché au monde par la pandémie, de nouveau incontrôlée, du coronavirus.