(Belgrade) Après des mois d’arrêt pour cause de coronavirus, quelques-uns des meilleurs joueurs de tennis ont retrouvé un semblant de compétition et surtout un public très enthousiaste à Belgrade, lors du tournoi caritatif organisé par Novak Djokovic.

Jovan MATIC
Agence France-Presse

La joie des retrouvailles a dominé ce weekend au Centre de tennis Novak à Belgrade situé à l’embouchure de la Save, affluent du Danube, où s’est déroulé le tournoi, première étape d’une minisérie d’épreuves baptisées « Adria tour ».

C’est Dominic Thiem qui a remporté le tournoi à Belgrade en battant Filip Krajinovic (N.32) 4-3 (2), 2-4, 4-2.

PHOTO MARKO DJURICA, REUTERS

Dominic Thiem

Le tennis observé lors de ce premier « Adria tour », brillant par moments, brouillon par d’autres, a été une démonstration des conséquences sur la forme des joueurs de la pause forcée provoquée par la pandémie du coronavirus. Mais l’envie de jouer était bien là au grand plaisir du public.

Djokovic hôte modèle

Novak Djokovic, omniprésent tout au long du weekend, a assuré avec brio son rôle d’hôte du tournoi, n’hésitant pas à faire le guide touristique pour ses compagnons du circuit ATP Dominic Thiem (N.3), Alexander Zverev (N.7) et Grigor Dimitrov (N.19).  

PHOTO ANDREJ ISAKOVIC, AFP

Novak Djokovic et sa femme Jelena

Il leur a fait découvrir le quartier bohème Skadarlija à Belgrade et d’autres restaurants emblématiques de la capitale.

Le « Djoker » a échoué à se hisser en finale de son tournoi, la faute à une défaite surprise samedi face à Krajinovic, finaliste malheureux dimanche.

Au terme de son dernier match à l’« Adria tour », remporté face à Zverev, « Nole » submergé par les émotions a fondu en larmes. « Je ne pleure pas pour une finale manquée, je me suis souvenu de mon enfance », a-t-il expliqué, remerciant le public, qui l’ovationnait, du soutien accordé aux joueurs.

Seul bémol, les organisateurs ont annoncé samedi avoir renoncé à l’étape prévue au Monténégro les 27 et 28 juin, en raison de strictes mesures sanitaires.  

Les autres tournois auront lieu en Croatie, à Zadar où Djokovic sera rejoint par deux stars du tennis croate, Marin Cilic, vainqueur de l’US Open en 2014, et Borna Coric (N. 33), puis en Bosnie à Banja Luka (nord-ouest).

La tournée s’achève le 5 juillet à Sarajevo par un match d’exhibition entre Djokovic et le numéro un bosnien Damir Dzumhur (N. 107).

Comme l’« Adria tour » à Belgrade, ils seront disputés sur terre battue en deux sets gagnants, de quatre jeux.  

Côtoyer les stars

PHOTO MARKO DJURICA, REUTERS

Dès vendredi, le public, toutes générations confondues, a afflué vers l’enceinte sportive.  

Les joueurs se sont prêtés au jeu, en posant pour des égoportraits ou encore en se mêlant à un groupe d’enfants venus s’initier au tennis.

Le public a également pu voire Thiem s’entrainer avec Zverev et assister à des rencontres d’exhibition.

L’ancienne N.1 mondiale serbe Jelena Jankovic a elle aussi pris part à la fête. Sortie d’une retraite de plus de deux ans qui n’a jamais été officialisée, elle a disputé, sous les ovations du public, un double mixte associée à Djokovic.

Capitale de la planète tennis

La popularité de Djokovic dans les Balkans et la suspension des circuits ATP et WTA pour cause de crise sanitaire ont permis au N.1 mondial de mettre sur pieds ces tournois caritatifs. À Belgrade, 2000 billets se sont vendus comme des petits pains. Autant de billets ont été distribués aux commanditaires.  

« C’est fantastique, nous sommes la capitale de la planète tennis ce weekend », s’est enthousiasmé Dusan Bogicevic, 25 ans, un étudiant en droit de Belgrade.

Les spectateurs se sont vu remettre un masque à l’entrée du stade, mais peu l’ont porté.

Réagissant aux critiques sur le manque de distance sociale, Novak Djokovic a fait remarquer que la région a enregistré un bilan « plutôt décent » — 22 millions d’habitants, 24 000 personnes infectées, moins de 800 morts —, dans sa lutte contre le coronavirus.

« Vous pouvez bien sûr critiquer, mais il ne me revient pas de dire si cela est dangereux ou non […] nous ne faisons que respecter ce que dit le gouvernement serbe », a-t-il déclaré à la presse avant le tournoi.