(Johannesburg) L’ancien champion de tennis australo-sud-africain Bob Hewitt, condamné à six ans de prison pour viol, a été remis en liberté conditionnelle vendredi, ont annoncé les services pénitentiaires sud-africains.

Agence France-Presse

Bob Hewitt, aujourd’hui âgé de 80 ans, avait été reconnu coupable en 2015 de deux viols et d’une agression sexuelle sur des adolescentes dont il était l’entraîneur dans les années 1980 et 1990.

Les services pénitentiaires avaient annoncé fin mars sa libération conditionnelle le 24 avril, le condamné ayant purgé la peine minimale.

De la prison au confinement

Bob Hewitt a recouvré, comme prévu, la liberté vendredi, au moment où la population sud-africaine est soumise à un confinement très strict dans le cadre de la lutte contre le nouveau coronavirus.

« Nous pouvons confirmer que […] la personne en liberté conditionnelle est désormais chez elle », a déclaré à l’AFP le porte-parole des services pénitentiaires, Singabakho Nxumalo.

Vainqueur de 15 titres du Grand Chelem en double messieurs et en mixte dans les années 1960 et 1970, Bob Hewitt avait obtenu en 1992 une plaque au Hall of Fame du tennis à Newport (États-Unis). Elle a depuis été retirée à cause du scandale.  

Né en Australie, Bob Hewitt a passé la plus grande partie de sa vie en Afrique du Sud.