Le nouveau PDG de l’U.S. Tennis Association s’attend à une décision sur le statut des Internationaux des États-Unis de 2020 d’ici juin, mais il a qualifié de « très improbable » la possibilité que le tournoi se déroule à huis clos à cause de la pandémie de COVID-19.

AP et AFP

Mike Dowse, qui est entré en fonction le 1er janvier, a déclaré en conférence téléphonique avec les journalistes jeudi que le calendrier permet d’espérer encore la tenue des Internationaux des États-Unis, puisqu’ils doivent se mettre en branle à la fin du mois d’août.

Nous avons la chance d’être le quatrième tournoi du Grand Chelem, donc le temps joue pour nous à ce stade.

Mike Dowse, PDG de l’U.S. Tennis Association

Décision en juin

« Nous examinons le moment propice en juin pour prendre notre décision, laquelle s’appuiera sur les avis de cinq ou six médecins que nous consultons. Évidemment, notre ambition est d’organiser le tournoi. C’est le moteur de notre organisation. Mais le facteur déterminant sera la santé et le bien-être des joueurs, des fans et de notre personnel », a-t-il poursuivi.

Les Internationaux des États-Unis sont le prochain tournoi du Grand Chelem prévu au calendrier, puisque Wimbledon a récemment été annulé. Les Internationaux de France, eux, ont été reportés au 20 septembre.

La WTA et les circuits professionnels de l’ATP ont interrompu leurs activités au moins jusqu’en juillet, et un tournoi prévu au mois d’août – la Coupe Rogers de Montréal – a déjà été annulé.

Quant à savoir si les Internationaux des États-Unis pourraient se dérouler sans spectateurs, Dowse a mentionné que l’USTA « n’écarte aucune option, mais en ce moment, je dirais que ce scénario est hautement improbable Ce n’est pas dans l’esprit d’une célébration du tennis. ».

« La situation est en évolution », a-t-il évoqué, ajoutant que si les experts sanitaires estiment que seul un tournoi sans spectateur est sûr, il faudrait y songer.

Reste qu’un dernier problème viendra peut-être se poser en terme de calendrier, car les organisateurs de Roland Garros, prévu initialement fin mai, ont reporté l’évènement au 20 septembre à Paris. Soit une semaine à peine après la fin théorique de l’US Open.

Les joueurs seraient alors confrontés à un enchaînement rapproché inédit entre deux tournois du Grand Chelem, Wimbledon ayant été pour sa part annulé cette année en raison de la COVID-19.

Actuellement, New York reste la zone la plus affectée par la pandémie aux États-Unis, avec 10 800 décès sur les 31 000 recensés aux États-Unis.