L’équipe canadienne a poursuivi sa belle aventure en Coupe Davis, jeudi à Madrid, en décrochant son billet pour les demi-finales. Vasek Pospisil et Denis Shapovalov ont remporté le double décisif face aux Australiens John Peers et Jordan Thompson, 6-4, 6-4, pour procurer au Canada une victoire de 2-1 sur l’Australie.

Michel Marois Michel Marois
La Presse

C’est le vétéran Pospisil qui a été la pièce maîtresse du triomphe canadien, remportant d’abord son match de simple, 7-6 (6), 6-4, face à John Millman, avant de revenir jouer un rôle décisif dans le match de double.

PHOTO JAVIER SORIANO, AFP

Vasek Pospisil, lors de son premier match de la journée

Moins solide que lors du tour préliminaire, Shapovalov a perdu un premier match en simple, 6-3, 3-6, 5-7, devant Alex de Minaur, mais il a surmonté sa déception et la fatigue pour venir appuyer Pospisil en double

« C’est incroyable ce que nos joueurs ont accompli depuis le début du tournoi, je suis vraiment fier d’eux, a souligné le capitaine Frank Dancevic, en entrevue après le match. Vasek et Denis ont joué tous les matchs et aujourd’hui, malgré la fatigue et la pression, ils ont encore offert une performance incroyable. Ça montre à quel point ils prennent à cœur le fait de jouer pour leur pays. »

PHOTO SERGIO PEREZ, REUTERS

«Vasek a joué les premiers matchs de toutes les rencontres et il les a tous remportés, sans perdre une seule manche, ce qui nous a donné un élan incroyable et une bonne dose de confiance. Son expérience est vraiment importante et il joue de façon exceptionnelle. Je suis vraiment heureux pour lui. »

Le Canada se retrouve donc en demi-finale de la Coupe Davis, où il affrontera samedi le gagnant de la rencontre entre la Serbie et la Russie qui sera disputée vendredi. Les Canadiens avaient aussi atteint les demi-finales en 2013, dans l’ancienne formule de la compétition, quand ils s’étaient inclinés devant les Serbes à Belgrade.

« Nous savions en arrivant ici que nous avions une bonne équipe et nous le montrons de façon éloquente jusqu’ici, a souligné Dancevic. Je crois sincèrement que tout peut arriver d’ici la fin du tournoi. Avec un peu de chance, nous pourrions bien remporter cette compétition. »

« Le format est différent de ce qu’il était en 2013, les matchs sont plus courts et la marge d’erreur est beaucoup plus petite. Chaque point est beaucoup plus important et c’est essentiel de profiter de ses chances, de remporter les points de bris, de bien faire en bris d’égalité. Jusqu’ici, c’est ce que nous faisons et il va falloir continuer de le faire. »

Encore Pospisil

Dans le premier match, le vétéran Vasek Pospisil a encore offert une performance remarquable en prenant la mesure de Millman (48e). Relégué au 150e rang mondial après avoir raté une bonne partie de la saison en raison d’une intervention chirurgicale au dos, le joueur de 29 ans joue le meilleur tennis de sa carrière depuis quelques mois et il a remporté hier son troisième match d’affilée en simple, après des victoires contre l’Italien Fabio Fognini (12e) et l’Américain Reilly Opelka (36e).

Dancevic avait indiqué mercredi que Félix Auger-Aliassime pourrait être appelé à affronter les Australiens, mais il a préféré faire à nouveau confiance à Pospisil, un joueur dont il est l’entraîneur attitré.

La tâche a quand même été ardue devant Millman, qui avait été appelé en relève à Nick Kyrgios, les Australiens ayant assuré leur place en quart de finale très tard mercredi. Pospisil a perdu son service dès le deuxième jeu et il a connu un début de match laborieux. Il a dû repousser deux balles de manche pendant le bris d’égalité, mais a réussi à s’imposer 9-7, conservant sa fiche parfaite (4-0) en bris d’égalité depuis le début de la finale.

Plus détendu en deuxième manche, le Canadien n’a jamais été menacé et il s’est logiquement imposé en réussissant un bris dans le 10e jeu. Pospisil a réussi 15 as et il a remporté 85 % des points sur ses premières balles.

Dans le deuxième match, Shapovalov semblait parti pour assurer une victoire expéditive au Canada. Déjà vainqueur de l’Italien Matteo Berettini (8e) et de l’Américain Taylor Fritz (32e) au tour préliminaire, le 15e mondial était opposé à de Minaur (18e), un joueur qu’il avait déjà affronté et vaincu chez les juniors, en finale du tournoi junior de Wimbledon de 2015 notamment.

PHOTO MANU FERNANDEZ, AP

Alex de Minaur

Le Canadien a vite enlevé la première manche, 6-3, mais il a connu un passage à vide au début de la deuxième manche, tombant vite en arrière, 4-1, avant de céder 6-3. Le joueur de 20 ans n’a pas vraiment réussi à retrouver son ascendant dans la manche décisive et il a constamment dû se battre pour garder son service. Dans le neuvième jeu, il a repoussé quatre balles de bris, mais il a finalement cédé dans le 11e jeu et de Minaur s’est sauvé avec la victoire pour forcer la tenue du double décisif.

Encore soutenu par quelques centaines de partisans bruyants qui faisaient un peu oublier les milliers de sièges déserts à la Caja Magica de Madrid, Pospisil et Shapovalov ont pris le service de leurs adversaires dès le premier jeu du match et ils ont enlevé la première manche, 6-4.

Vite menée 0-3 en deuxième manche, les Canadiens ont redressé la barre et un bris opportun dans le neuvième jeu a permis à Pospisil de servir pour la victoire. Le héros du jour n’a pas gâché cette opportunité. Trois services gagnants, puis une volée imparable ont scellé l’issue du match et propulsé le Canada dans le carré d’as.

« C’est difficile de mettre ça en mots, a raconté Pospisil en entrevue à Sportsnet après le match. La Coupe Davis a toujours été spéciale pour moi et je vis encore une semaine incroyable. Nous avons beaucoup de plaisir ensemble, nous rions tout le temps, et tout le monde dans l’équipe croit en nos chances. Nous sommes encore dans la course et il va falloir continuer d’y aller un match à la fois. »

De son côté, Shapovalov a surtout vanté son partenaire : « Ce gars-là (Pospisil) est une légende de la Coupe Davis, une idole pour moi ! Dans le dernier jeu, j’étais au filet et je souriais en voyant passer ses services gagnants ! Nous n’avons toutefois encore rien gagné et il faut continuer d’y croire, continuer de tout laisser sur le court. »

PHOTO MANU FERNANDEZ, AP

Quelle que soit l’issue de ses prochaines rencontres, le Canada est déjà assuré de participer à la prochaine finale de la Coupe Davis, en 2020, puisque les quatre demi-finalistes seront qualifiés d’office. L’équipe canadienne n’aura donc pas à disputer les qualifications, en février prochain.

Aujourd’hui, les dernières rencontres de quart de finale opposeront la Serbie à la Russie, l’Argentine à l’Espagne et la Grande-Bretagne à l’Allemagne. Les demi-finales seront disputées samedi et la finale dimanche.