La saison du Canadien Denis Shapovalov s’est déroulée en deux temps.

Gregory Strong
La Presse canadienne

Il a connu son lot d’ennuis en début d’année et obtenu des résultats mitigés, tant sur la terre battue que le gazon. Les choses ont commencé à se replacer vers la fin du mois d’août, et Shapovalov a ensuite repris son envol au cours des dernières semaines — au cours desquelles il a notamment obtenu son premier titre sur le circuit de l’ATP et participé à sa première finale d’un tournoi de la série Masters 1000.

Le tennisman âgé de 20 ans a commencé à travailler avec l’entraîneur Mikhail Youzhny l’été dernier, et son embauche a rapidement porté ses fruits.

« Il m’a fait changer mon jeu de pieds ; j’ai commencé à me déplacer beaucoup plus, en effectuant de petits pas, et en étant beaucoup plus dynamique, a raconté Shapovalov, mardi, alors qu’il se trouvait à Athènes. J’ai l’impression que ç’a eu un impact très rapidement (sur mes résultats). Au départ, j’avais beaucoup de difficulté à assimiler ses concepts à l’entraînement. Je me fatiguais très rapidement. Mais ç’a rapporté très vite. »

« J’ai l’impression qu’en apportant quelques petits ajustements je me suis mis à jouer beaucoup mieux, et à bouger beaucoup mieux sur le terrain. Ça m’a vraiment aidé pendant les matchs », a-t-il ajouté.

Youzhny, un ex-membre du top-8 mondial originaire de la Russie, est entré en fonction lors de l’Omnium Winston-Salem à la mi-août. Shapovalov a atteint les demi-finales de ce tournoi, avant d’accéder au troisième tour des Internationaux des États-Unis, où il s’est incliné en cinq manches devant le Français Gaël Monfils.

PHOTO ROBERT DEUTSCH, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Mikhail Youzhny, en 2017, alors qu’il était encore un joueur actif dans l’ATP

Le tennisman de Richmond Hill, en Ontario, a ensuite signé de belles victoires en Asie, avant de décrocher le titre à l’Omnium de Stockholm le mois dernier et d’évincer des joueurs du top-15 tels que Fabio Fognini, Alex Zverev et Monfils au Masters de Paris la semaine dernière. Shapovalov a par la suite obtenu un laissez-passer pour la finale en vertu de l’abandon de Rafael Nadal, et il s’est incliné devant le favori Novak Djokovic.

« J’ai haussé mon niveau de jeu d’un cran, en diversifiant mon jeu et en exploitant ma mobilité, a expliqué Shapovalov. J’étais vraiment très confiant. Il (Youzhny) n’a apporté que quelques petits ajustements, mais ceux-ci m’ont vraiment fait du bien. »

Ses récents résultats ont propulsé Shapovalov, qui a été dirigé par de nombreux entraîneurs depuis son passage chez les professionnels il y a trois ans, au 15e échelon mondial. Sa fiche cette saison est maintenant de 35-26, et il a empoché jusqu’ici 2,01 millionsUS en bourses.

Le représentant de l’unifolié tentera de poursuivre sa saison de rêve à l’occasion des Finales de la Coupe Davis, qui se dérouleront du 18 au 24 novembre à Madrid, en Espagne. Shapovalov sera accompagné de Milos Raonic, Félix Auger-Aliassime et Vasek Pospisil, dans ce tournoi qui regroupera 18 équipes nationales.

« Je crois que tous nos adversaires sont à notre portée, car nous n’avons pas beaucoup de faiblesses, a dit Shapovalov. C’est merveilleux de faire partie de cette équipe-là. »

Le Canada fera partie du groupe F avec les États-Unis et l’Italie.