(New York) Non, Bianca Andreescu ne rêve pas. La Canadienne de 19 ans a écrit un nouveau chapitre de son conte de fées, jeudi, lorsqu’elle a obtenu son billet pour la finale des Internationaux des États-Unis après avoir battu la Suissesse Belinda Bencic 7-6 (3), 7-5.

Associated Press

Samedi après-midi, elle retrouvera Serena Williams, qui tentera de mettre la main une fois pour toutes sur son 24e titre majeur en carrière. Les deux joueuses se sont affrontées en finale de la Coupe Rogers disputée à Toronto, au début du mois d’août.

Andreescu espère marquer l’histoire à sa façon.

Elle est la première joueuse depuis Williams — qui avait alors triomphé en 1997, à 17 ans seulement — à atteindre la finale à New York après avoir fait ses débuts dans le tableau principal du tournoi.

Le chemin pour s’y rendre n’a toutefois pas été de tout repos. Bencic, 13e tête de série, a donné du fil à retordre à l’Ontarienne, notamment avec son service.

Andreescu n’a obtenu que 33 points lors des retours de service. La qualité de ses amortis et sa résilience lui ont cependant permis de s’en sortir indemne.

« C’est surréaliste. Je ne sais pas vraiment quoi dire, a avoué Andreescu. C’est un rêve devenu réalité d’avoir la chance d’affronter Serena (Williams) en finale des Internationaux des États-Unis. C’est fou. C’est fou. »

L’Ontarienne a effacé deux importants déficits — de 4-1 et 5-2 — au deuxième set pour tenir tête à son adversaire. La Suissesse a effacé deux balles de match pour tenter de prolonger le match, mais en vain.

Malgré ses nombreuses doubles fautes et ses fautes directes, Andreescu a servi sept as à Bencic, contre deux.

Lourde tâche pour Andreescu

Après avoir échangé les jeux lors de la première manche, remportant chacune leur service, les deux joueuses ont forcé la tenue du bris d’égalité, après que la Canadienne eut sauvé six balles de bris.

Andreescu ne s’en est pas laissé imposer et elle a gagné les cinq premiers points au bris d’égalité avant que Bencic ne remonte 5-3. La Canadienne l’a finalement emporté en s’appropriant les deux points suivants.

Elles ont mis 67 minutes à compléter la première manche.

Bencic n’a toutefois pas mis de temps à dicter le rythme du deuxième set en gagnant les deux premiers jeux.

Après s’être fait voler son service par la Suissesse à trois reprises et après quelques longs échanges, notamment au cinquième jeu, Andreescu a réussi à briser à son tour le service de son adversaire pour la première fois pour réduire l’écart 4-2 et à deux autres fois par la suite pour sauver une balle de manche et niveler le pointage 5-5.

L’athlète de 19 ans a gagné les cinq derniers jeux de la deuxième manche pour se tailler une place en finale du prestigieux tournoi.

Serena expéditive

Plus tôt en soirée, Williams a été expéditive face à l’Ukrainienne Elina Svitolina, l’emportant 6-3, 6-1.

PHOTO TIMOTHY A. CLARY, AGENCE FRANCE-PRESSE

Serena Williams

Cette victoire, sa 101e à Flushing Meadows, lui a permis d’égaler le record du tournoi détenu par Chris Evert.

L’Américaine de 37 ans a été dominante dès les premiers instants de la rencontre, prenant rapidement ses aises. Elle s’est forgée une solide confiance qui lui a permis de disposer rapidement de Svitolina, dont elle a brisé le service à trois reprises.

Bien qu’elle ait servi cinq as à Williams, Svitolina a semblé à court de solutions. Elle a notamment commis quatre doubles fautes, contre une seulement pour son adversaire.

« Je suis impressionnante, j’imagine, a lancé Williams. Je n’y pense pas. Je fais simplement ce que je peux sur le court pour gagner. »

Elle a triomphé à six reprises à Flushing Meadows, après avoir participé à neuf finales.

Margaret Court est la seule joueuse de l’histoire à posséder 24 titres du Grand Chelem. Elle en a cependant remporté un peu plus de la moitié face à des amateurs avant que les professionnels ne soient admis aux tournois du Grand Chelem.

Williams s’est inclinée lors de ses trois dernières finales lors des tournois majeurs. Elle avait notamment baissé pavillon devant Naomi Osaka à New York, l’an dernier.