(New York) Serena Williams n’a nullement été dérangée par sa cheville droite qu’elle s’était tournée lors de son match précédent. Et elle n’a pas reçu beaucoup de résistance de son adversaire non plus.

Howard Fendrich
Associated Press

Aussi dominante qu’il lui était possible de l’être, Williams s’est déplacée avec aisance et a mérité son billet pour les demi-finales du simple féminin des Internationaux de tennis des États-Unis grâce à une écrasante victoire de 6-1, 6-0 contre la Chinoise Wang Qiang, 18e tête de série, mardi soir.

Williams n’a eu besoin que de 44 minutes pour faire un pas de plus vers un 24e titre en carrière en simple à un tournoi du Grand Chelem.

« Physiquement, je me porte à merveille, a déclaré Williams. Et plus que tout, j’ai du plaisir chaque fois que je viens ici. »

Et pourquoi pas ? Lorsqu’elle joue ainsi, c’est difficile d’imaginer une autre joueuse qu’elle quitter avec le trophée emblématique samedi.

Williams a gagné les cinq premiers jeux en environ 15 minutes. Puis, après avoir perdu un jeu, Williams a remporté les 11 points suivants, et chacun des jeux subséquents.

Ce fut un match tellement à sens unique, que Williams a réussi 25 coups gagnants contre aucun pour Wang, qui avait accédé aux quarts de finale d’un tournoi du Grand Chelem pour la première fois de sa carrière. Autre exemple : Williams a amassé 50 points contre 15 pour son adversaire.

Un journaliste a voulu savoir de Wang ce qui l’avait le plus étonné du jeu de Williams de l’autre côté du filet.

« La puissance », a répondu la Chinoise.

La puissance de ses coups droits et de ses revers ? De son service ?

« Tout », a rétorqué Wang, en souriant.

Du coup, Williams a inscrit la 100e victoire de sa carrière, où elle compte six triomphes en carrière.

« Du moment où j’ai commencé ici…, je n’aurais jamais pensé me rendre à 100. Il ne m’avait jamais traversé l’esprit que je serais encore ici », a noté Williams, qui célébrera son 38e anniversaire de naissance plus tard en septembre.

« Mais j’aime ce que je fais. »

L’Américaine affrontera l’Ukrainienne Elina Svitolina, 5e tête de série, pour une place en finale. Svitolina a vaincu la Britannique Johanna Konta, classée 16e, 6-4, 6-4 mardi après-midi.

Svitolina s’est assurée sa place en demi-finales d’un deuxième tournoi du Grand Chelem d’affilée. Elle avait également atteint le carré d’as à Wimbledon, une première pour elle en tournoi majeur, avant de s’incliner face à l’éventuelle championne Simona Halep.

PHOTO DANIELLE PARHIZKARAN, USA TODAY SPORTS

Elina Svitolina

« Elle connaît une excellente année, aussi, a déclaré Williams au sujet de sa rivale. J’ai l’impression qu’elle veut franchir une étape de plus cette fois. Je devrai donc me présenter sur le court et très bien jouer. »

Avec la présence de son copain Gaël Monfils dans les gradins à la veille de son propre match de quart de finale, Svitolina a récupéré un lob en fond de terrain et a frappé un coup gagnant en croisé à sa troisième balle de match pour conclure le duel.

« Maintenant, a blagué Svitolina au sujet de Monfils, il devra relever son jeu d’un cran. »

Svitolina et Konta se sont échangé trois bris consécutifs à la deuxième manche, avant que Svitolina ne mette fin à la séquence en prenant l’avantage 5-3 lorsque la volée de Konta a abouti dans le filet.

Konta, 16e tête de série, tentait de devenir le sixième joueuse active à atteindre les demi-finales des quatre tournois du Grand Chelem. Mais la Britannique a commis 35 fautes directes comparativement aux 13 de Svitolina, dont une énorme marge de 20-5 à la deuxième manche. Elle a désormais une fiche de 0-5 contre l’Ukrainienne.

« Je suis très, très heureuse de la manière dont j’ai géré la pression aujourd’hui », a affirmé Svitolina.