Éliminée vendredi en quart de finale par la future championne Julia Goerges, Eugenie Bouchard n'aura pas tout perdu à la Classique ASB d'Auckland. La Québécoise et l'Américaine Sofia Kenin ont remporté hier la finale du double, 1-6, 6-1, 10-7, devant la Néo-Zélandaise Paige Hourigan et l'Américaine Taylor Townsend.

Mis à jour le 7 janv. 2019
Michel Marois LA PRESSE

Il s'agit d'un premier titre en double pour Bouchard en carrière, après trois finales perdues. En entrevue après le match, les championnes se sont un peu étonnées de leur victoire. «Nous avions décidé de jouer ensemble pour passer plus de temps sur le court en ce début de saison et peut-être ajouter quelques matchs, a avoué Kenin en point de presse. Gagner n'était pas dans nos plans, mais c'est toujours excitant de ramasser un trophée!»

Bouchard et Kenin se sont partagé 6150 $, à peine plus que ce que la première a récolté en simple (5900 $). Plus que l'argent, ce titre procure surtout à la Québécoise un surplus de confiance à quelques jours des Internationaux d'Australie. Bien près de la victoire contre Goerges, visiblement en bonne forme physique et mentale, Bouchard retrouve lentement un bon niveau.

«Son jeu est impressionnant», a d'ailleurs estimé Sylvain Bruneau, responsable de l'élite féminine à Tennis Canada. «En quart de finale [contre Goerges], elle a joué l'un de ses meilleurs matchs depuis longtemps, avec une super attitude et une belle constance dans son jeu.

«On sentait déjà la saison dernière qu'elle allait dans le bon sens. Elle a terminé l'année au 84e rang, ce qui peut paraître mauvais, mais démontrait au contraire une progression. Elle va grimper au classement cette semaine et je pense que sa collaboration avec l'entraîneur Michael Joyce va lui permettre de progresser encore davantage cette saison.»

Les performances de Bouchard à Auckland l'ont forcée à déclarer forfait pour le tournoi d'Hobart, où elle aurait dû jouer en qualifications hier. Elle a toutefois reçu une invitation pour le World Tennis Challenge, un tournoi de démonstration à Adélaïde, en remplacement de l'Américaine Coco Vandeweghe (blessée). Elle devait d'ailleurs y affronter la Biélorusse Victoria Azarenka tôt ce matin (heure de Montréal) et jouera encore la nuit prochaine.

Abanda fera l'impasse sur l'Australie

C'est déjà ce soir que commencent les qualifications des Internationaux d'Australie, premier tournoi du Grand Chelem de la saison, à Melbourne. Plusieurs joueurs canadiens sont inscrits, mais Françoise Abanda brille par son absence.

«Elle a préféré rester en Amérique du Nord et disputera des tournois moins importants en Floride, a expliqué Sylvain Bruneau. Au moment de prendre sa décision, son classement [221e] ne lui garantissait pas une entrée dans le tableau des qualifications. Elle risquait de faire le voyage pour rien et a préféré l'option des tournois Challenger.»

Eugenie Bouchard est la seule Canadienne assurée d'une place au tableau principal chez les femmes. En plus de Bianca Andreescu, Katherine Sebov (202e) et Rebecca Marino (215e) sont à Melbourne pour les qualifications. 

«Marino n'a toutefois pas joué depuis plusieurs mois en raison d'une hernie discale qui l'a forcée à interrompre une excellente saison de retour l'été dernier, a rappelé Bruneau. Elle se sent mieux depuis plusieurs semaines, mais sa préparation est très en retard et c'est difficile d'évaluer à quel point elle sera prête à défendre ses chances à Melbourne.»

Chez les hommes, Félix Auger-Aliassime (108e), Peter Polansky (119e) et Brayden Schnur (172e) sont du tableau des qualifications, alors que Milos Raonic (18e) et Denis Shapovalov (27e) seront parmi les têtes de série du tableau principal.