(Londres) Les responsables du circuit de l’ATP ont imposé une suspension avec sursis de 16 semaines au tennisman australien Nick Kyrgios à la suite d’une enquête pour comportement abusif lors de l’Omnium de Cincinnati le mois dernier.

Associated Press

Kyrgios avait insulté un arbitre en chef et avait quitté la surface de jeu avant d’aller fracasser deux raquettes dans le corridor menant au vestiaire lors d’un duel de deuxième tour, qu’il a éventuellement perdu.

L’ATP lui avait alors imposé une amende de 113 000 $ pour un total de huit offenses distinctes.

Au terme de son enquête, l’ATP a déterminé que Kyrgios avait affiché un « comportement aggravant » en vertu des clauses portant sur les offenses majeures.

En plus de la suspension de 16 semaines, l’ATP a imposé à Kyrgios une amende additionnelle de 25 000 $. Ces sanctions seront mises en application seulement si l’Australien commet d’autres gestes de même nature au cours des six prochains mois.

Kyrgios doit aussi accepter de recevoir un soutien continu de la part d’un « préparateur mental » lors de tournois et d’aller chercher de l’aide additionnel pendant l’entre-saison de la part d’un spécialiste en gestion du comportement.

L’ATP s’est aussi penchée sur des commentaires de Kyrgios aux Internationaux des États-Unis, alors qu’il avait qualifié l’organisation de « pas mal corrompue ». Elle a cependant jugé que ces remarques ne constituaient pas une « offense majeure » et a choisi de ne pas imposer de sanctions additionnelles.