(Rome) À 37 ans et avec 20 titres en Grand Chelem, Roger Federer est toujours aussi enthousiaste à l’idée de jouer au tennis.

Andrew Dampf
Associated Press

C’est pourquoi il a ajouté l’omnium d’Italie à son horaire cette semaine.

« J’étais d’humeur à jouer, a admis Federer après une séance d’entraînement sur le Campo Centrale du Foro Italico. Est-ce que je préfère m’entraîner ou jouer des matchs ? C’est plus excitant que de me présenter sur un terrain d’entraînement en Suisse.

Honnêtement, j’adore jouer des matchs. Peu importe, ce qui se passe ici, je pense simplement que c’est bon pour moi de jouer des matchs présentement », a ajouté Federer.

Après avoir atteint les quarts de finale à l’omnium de Madrid la semaine dernière à son retour sur la terre battue après une absence de deux ans, Federer est rentré en Suisse. Il a déclaré que le temps frais à la maison l’avait également convaincu de faire le voyage à Rome.

« J’avais le sentiment que jouer au niveau de la mer pourrait être un peu plus bénéfique », a-t-il poursuivi.

Federer entreprendra son tournoi, mercredi, contre Joao Sousa, vainqueur de Frances Tiafoe, mardi. Il se retrouve dans la même moitié du tableau que Rafael Nadal, octuple champion à Rome.

« J’en suis encore loin, a précisé Federer à propos d’un possible affrontement en demi-finale avec son rival de longue date. J’ai d’autres défis à relever avant d’en arriver là. »

Federer a été finaliste à quatre reprises à Rome, un tournoi qu’il n’a jamais gagné, ce qui en fait l’un des rares trophées importants qui manquent encore à son palmarès.

Federer se prépare pour les Internationaux de France, qui commencent dans moins de deux semaines.

Federer avait initialement prévu de ne jouer qu’à Madrid avant Roland-Garros. Quand il a annoncé samedi qu’il viendrait à Rome, les organisateurs du tournoi italien ont augmenté les prix des billets restants pour la séance de mercredi.

« J’ai entendu dire que certains amateurs n’étaient pas heureux. C’est évidemment décevant. Ils ont récompensé les amateurs qui ont acheté leurs billets plus tôt, ce qui est un peu étrange, mais c’est correct, a dit Federer. J’espère vraiment que ça ne change rien au fait que je suis vraiment heureux d’être ici. J’ai bon espoir d’offrir une bonne performance. Mon enthousiasme ne pourrait être plus grand. »

S’il n’a pas gagné à Rome, Federer a eu du succès en Italie. Il avait remporté son premier titre en carrière à Milan en 2001. Lors de la mémorable finale de l’omnium d’Italie en 2006, Federer s’était incliné face à Nadal au cinquième set.

« J’ai toujours aimé jouer en Italie. C’est probablement le pays où j’ai joué le plus chez les juniors. Venir de Suisse sur les courts en terre battue a toujours été un voyage logique pour les juniors. Ils ont de très bons tournois juniors ici. »