Au tour de Venus Williams de passer à la trappe. L'Américaine est devenue la plus récente ancienne championne à subir l'élimination à Wimbledon.

Mattias Karen ASSOCIATED PRESS

Sa soeur Serena est toutefois toujours aussi redoutable, elle qui a relevé avec brio son test le plus difficile cette semaine.

Venus a été incapable de revenir de l'arrière pour inscrire une troisième victoire d'affilée, perdant face à la Néerlandaise Kiki Bertens, 20e tête de série, 6-2, 6-7 (5), 8-6 au troisième tour, vendredi.

«Juste à court de temps à la fin, a expliqué Venus. Elle a très bien joué. Il faut gagner le dernier point et je n'y suis pas parvenue aujourd'hui.»

C'est la quatrième ancienne championne de Wimbledon chez les dames à se faire montrer la sortie, rejoignant aussi Maria Sharapova, Petra Kvitova et la tenante du titre, Garbine Muguruza.

En conséquence, Serena est la seule joueuse encore en lice à avoir gagné le tournoi. La septuple championne a surmonté une balle de bris au premier set pour l'emporter aux dépens de Kristina Mladenovic 7-5, 7-6 (2).

Venus avait réussi à combler un recul d'un set à ses deux premiers matchs. Son élimination signifie que huit des 10 premières têtes de série chez les dames ne sont plus dans le portrait avant la fin de la première semaine.

L'Américaine de 38 ans, finaliste l'an dernier, était la plus âgée au tableau féminin cette année.

Pour sa part, Serena a porté sa série victorieuse à 17 matchs à Wimbledon, en partie grâce à 13 as. Elle a raté le tournoi de l'année dernière alors qu'elle était enceinte.

Elle fera face à une autre maman au quatrième tour, lundi: la Russe Evgeniya Rodina, 120e au monde et issue des qualifications, qui a vaincu l'Américaine Madison Keys, 10e tête d'affiche.

«Serena est mon idole, a déclaré Rodina. Alors ce sera génial de jouer contre elle.»