Félix Auger-Aliassime n'est pas à Wimbledon, mais il n'en continue pas moins de grimper dans la hiérarchie du tennis masculin.

Michel Marois LA PRESSE

En accord avec la direction de Tennis Canada, le joueur de 17 ans a décidé de faire l'impasse sur le gazon cette saison. Il se concentre plutôt sur une série de tournois Challenger européens sur la terre battue.

Cette semaine, il est à Marbourg, en Allemagne, pour son quatrième tournoi d'affilée. Il s'est qualifié hier pour les quarts de finale en prenant la mesure du vétéran suisse Henri Laaksonen (143e), 6-3 et 7-6 (5).

Auger-Aliassime avait auparavant remporté le tournoi de Lyon et atteint la finale à Blois. Il n'a commis qu'un faux pas, à Milan la semaine dernière, quand il a été éliminé au premier tour.

Ses succès lui permettront d'accéder la semaine prochaine au top 150 mondial pour la première fois de sa carrière.

Blessé au début de la saison, Auger-Aliassime n'avait pas eu une préparation optimale et Louis Borfiga, responsable du développement des joueurs à Tennis Canada, a jugé avec les entraîneurs du joueur montréalais qu'il était préférable de rester sur la terre battue après Roland-Garros.

«On sait qu'il peut très bien jouer sur le gazon et, à son âge, il aura bien d'autres occasions de le montrer, mais là, nous croyions qu'il avait davantage à gagner en jouant dans ces tournois sur la terre battue», a expliqué Borfiga.

«Il peut jouer beaucoup de matchs, contre des joueurs d'un très haut niveau, et c'est exactement ce dont il a besoin en ce moment.»

Auger-Aliassime sera de retour au Québec après le tournoi de Marbourg afin de disputer quelques tournois Challenger, puis la Coupe Rogers, en août, à Toronto.