Julien Benneteau, finaliste en 2012 et 2013, espère faire démentir l'adage «jamais deux sans trois» et s'imposer en finale du tournoi ATP de Kuala Lumpur, dimanche, face au favori japonais Kei Nishikori.

Mis à jour le 27 sept. 2014
AGENCE FRANCE-PRESSE

«On ne s'attend jamais à un match facile face aux joueurs du top-20 mondial. Mais aujourd'hui, ça a tourné en ma faveur», a commenté Benneteau, N.28, après avoir battu 6-4, 6-4 le Letton Ernests Gulbis (N.13).

Benneteau, qui n'a pas aussi bien servi que Gulbis (4 as et 60 % de premières balles contre 11 et 72 %), a en revanche réussi à mieux les transformer en points (82 % contre 68 %). Il espère brandir son premier trophée dimanche à sa... dixième finale.

«Nishikori est un grand joueur, il est rapide... Je dois trouver un moyen pour le battre demain», a ajouté le Bressan de 32 ans.

Outre son adversaire, Benneteau devra aussi s'accommoder du public enthousiaste et bruyant, composé en majorité de jeunes femmes, et qui n'a d'yeux que pour... Nishikori. Ils étaient 5000 samedi.

Le Japonais, 8e joueur mondial, a ravi ses partisans en matant le Finlandais Jarkko Nieminen 6-3, 4-6, 6-2 pour atteindre sa première finale dans la capitale malaisienne.

«C'était un peu difficile aujourd'hui parce que Jarkko jouait bien dans le deuxième set. Peut-être que j'étais un peu déconcentré, c'est pourquoi je me suis ensuite ressaisi. Et je suis donc heureux que tout a bien fonctionné», a analysé Nishikori, qui s'attend à un match difficile face à Benneteau.

«Julien est incontestablement un joueur dangereux en particulier sur du dur en salle. Il sert bien, il possède de bons coups droits et de bons revers. Je suis persuadé qu'on aura de longs échanges», a conclu le Japonais, finaliste du dernier US Open après avoir éliminé le N.1 mondial Novak Djokovic en demies.