Impressionnante hier à son match de premier tour des Internationaux des États-Unis, Eugenie Bouchard affrontera demain la Roumaine Sorana Cirstea, seulement 80e mondiale, mais finaliste à la Coupe Rogers en 2013.

Michel Marois LA PRESSE

«Je ne l'ai jamais affrontée en tournoi, mais je me suis parfois entraînée avec elle, a expliqué la Montréalaise. C'est une fille qui aime frapper de toutes ses forces, comme moi, et c'est certain que nous allons toutes les deux tenter d'imposer notre jeu en étant très agressives. Mais je suis optimiste après ma performance dans mon premier match...»

Bouchard sait toutefois qu'elle devra faire encore mieux si elle espère répéter ses exploits des autres tournois majeurs de la saison. Plusieurs experts estiment en effet que la Québécoise a hérité de l'un des «parcours» les plus exigeants de tout le tableau féminin, avec probablement la Tchèque Petra Kvitova, qu'elle pourrait d'ailleurs affronter en quart de finale.

«Il y a peut-être plus de grands noms dans le bas du tableau, mais le quart de Bouchard et Kvitova est rempli de joueuses coriaces, des filles qui peuvent leur causer bien des ennuis et les forcer à se dépenser beaucoup», a souligné la grande Martina Navratilova, analyste à la télé américaine.

«On m'a fait remarquer cette semaine que Bouchard avait remporté six matchs cette saison contre des joueuses mieux classées qu'elle. Cinq de ces victoires sont survenues en Grand Chelem! Elle a donc le potentiel pour faire encore bien ici, mais elle devra d'abord se débarrasser des joueuses moins bien classées...»

Bouchard aura déjà fort à faire contre Cirstea, qui, malgré une saison difficile, a écrasé hier la Britannique Heather Watson 6-1 et 6-1.

Avant d'arriver à Kvitova (ou une autre) en quart de finale, Bouchard aurait encore à faire face à d'autres adversaires coriaces, la Tchèque Barbora Záhlavová-Strycová (30e favorite), par exemple, au troisième tour.

«C'est la difficulté d'un tournoi du Grand Chelem, a souligné Navratilova. Dans mon temps, on pouvait passer à travers les premières rondes sans vraiment être inquiétée. Ce n'est plus le cas. À partir du deuxième ou du troisième tour, toutes les joueuses peuvent vous battre et il faut être très solide pour traverser les deux semaines du tournoi.»

Bouchard l'a déjà fait trois fois cette saison. Elle est d'ailleurs la seule personne, homme ou femme, à avoir toujours atteint au moins les demi-finales. Pourra-t-elle encore réussir l'exploit à New York?

Photo Geoff Burke, USA Today

La Roumaine Sorana Cirstea sera la prochaine adversaire d'Eugenie Bouchard.