Rafael Nadal était l'invité d'honneur du tirage au sort de la Coupe Rogers, vendredi au stade Uniprix, et il s'est prêté de bonne grâce à cet exercice fastidieux.

Mis à jour le 3 août 2013
Michel Marois LA PRESSE

«Je suis toujours bien traité à Montréal, tant par le public que par l'organisation, et je suis heureux de pouvoir les aider à mon tour aujourd'hui», a-t-il déclaré devant quelques centaines d'admirateurs.

> Réagissez sur le blogue de Paul Roux

«C'est ici que j'ai remporté la première victoire de ma carrière sur surface dure, en 2005, un titre mémorable à bien des égards. C'était mon premier, j'avais battu un grand champion [Andre Agassi] en finale et j'avais sans doute joué le meilleur tennis de ma vie sur le ciment. Depuis cette victoire, je reviens toujours ici avec beaucoup de plaisir.»

Encore vainqueur du tournoi en 2008, à Toronto, Nadal n'a plus connu les mêmes succès sur le ciment depuis que des blessures aux genoux l'ont ralenti. Il n'a joué qu'un tournoi sur surface dure cette saison, remportant le tournoi d'Indian Wells, et il reconnaît arriver à Montréal en manque de repères.

«En fait, je n'ai joué que ce tournoi sur ciment depuis plus d'un an et les courts d'Indian Wells sont sans doute ceux qui me sont les plus favorables, a-t-il estimé. Je ne sais donc pas trop à quoi m'attendre cette semaine. Je suis arrivé mercredi afin de m'entraîner et de m'adapter à la surface, mais je ne saurai où j'en suis qu'après mon premier match.»

L'Espagnol devra patienter jusqu'au milieu de la semaine prochaine pour jouer ce premier match, les huit têtes de série étant exemptées du premier tour. Nadal se retrouve dans la même moitié du tableau que le favori Novak Djokovic, qu'il pourrait donc affronter en demi-finale. Dans l'autre partie du tableau, Andy Murray pourrait rencontrer David Ferrer.

Un tirage sans histoire

Le tirage au sort lui-même n'a pas réservé de grosses surprises. On a surtout surveillé le positionnement et les adversaires des cinq Canadiens directement admis dans le tableau principal.

Milos Raonic, 13e mondial et 11e tête de série, tentera de faire oublier ses performances décevantes des derniers mois devant ses partisans. Il a hérité au premier tour du Français Jérémy Chardy (28e mondial) et le match sera présenté mardi en soirée.

Le deuxième Canadien, Vasek Pospisil (89e) est tombé sur le géant Américain John Isner (20e), un joueur puissant qui a toutefois été ralenti cette saison par des blessures et qui pourrait se laisser surprendre par la hargne du Canadien.

Jesse Levine (124e) devra affronter le Belge Xavier Malisse (100e), alors que Frank Dancevic se mesurera à un qualifié. Le jeune Filip Peliwo affrontera quant à lui le Finlandais Jarkko Nieminen (37e).

Pour revenir à Nadal, notons qu'il n'a vraiment pas été avare de sa personne, vendredi, puisqu'il s'est longuement entraîné devant un public nombreux et comblé, avant de prendre part au tirage. Alors que plusieurs joueurs préfèrent ne pas connaître l'identité de leurs adversaires potentiels par superstition, l'Espagnol a expliqué que cela ne le dérangeait pas du tout.

«J'ai fait le tirage au sort de Roland-Garros sept ou huit fois, et cela ne m'a pas porté malchance!», a rappelé celui qui a justement remporté huit titres à Paris.»