Après deux saisons gâchées par les blessures, Aleksandra Wozniak est revenue à un excellent niveau. Elle l'a d'ailleurs démontré de façon éclatante en atteignant les quarts de finale de la Coupe Rogers.

Mis à jour le 13 août 2012
Michel Marois LA PRESSE

>>>Discutez de l'actualité du tennis sur le blogue de Paul Roux

>>>Consultez les résultats de la Coupe Rogers

La joueuse de 24 ans ne s'est inclinée que 4-6, 4-6 devant la Danoise Caroline Wozniacki, ex-numéro un mondiale et septième favorite du tournoi. «J'ai encore perdu contre elle, mais j'ai eu une bonne semaine ici», a estimé Wozniak, samedi soir, en conférence de presse.

«Ce tournoi a toujours été si important pour moi. Je venais quand j'étais petite avec mes parents. C'est incroyable que je sois devenue une joueuse professionnelle. J'ai réalisé mon rêve. Aujourd'hui [samedi], j'ai joué les quarts de finale, mais j'aurais aimé pouvoir encore jouer demain.

«Je suis tombée sur une excellente joueuse. J'espère que la prochaine fois, la victoire me reviendra contre Caroline. J'ai lâché mes coups, j'ai fait tout ce que je pouvais, il s'en est fallu de peu. Mon jeu revient, ainsi que ma confiance. Je me sens super bien sur le court, je sens que je reviens à mon meilleur niveau, c'est encourageant.»

Avant de tomber contre sa Némésis (elle a perdu huit fois en neuf matchs contre Wozniacki), Aleksandra Wozniak a vaincu la Slovaque Daniela Hantuchova (35e), la Serbe Jelena Jankovic (18e) et l'Américaine Christina McHale (26e), trois joueuses mieux classées qu'elle. Sa qualification en quarts de finale lui a valu un chèque de 41 450$ et une place dans le top 50 du classement mondial.

De retour en forme, Wozniak veut maintenant retrouver sa place parmi l'élite. En 2009, elle avait atteint le 21e rang mondial et se croit capable de faire mieux. «Cette saison, chaque mois, j'ai senti que je franchissais une étape pour me rapprocher de mon meilleur niveau, que tout se mettait en place.

«Je vais garder en moi la confiance acquise cette semaine. J'espère revenir au sommet, comme avant, et même encore mieux!»