Le hasard a donné un bon coup de pouce aux Canadiennes pour la suite du tournoi en Coupe Fédération. Leurs adversaires ont été choisies par tirage au sort mardi et le Canada a hérité de la plus faible équipe en lice: la Belgique.

Mis à jour le 10 févr. 2009
Stéphanie Morin LA PRESSE

«C'est le meilleur tirage qu'on pouvait espérer», lance Eugène Lapierre, vice-président du tennis professionnel chez Tennis Canada.L'opportunité est belle pour Aleksandra Wozniak, Valérie Tétreault, Stéphanie Dubois et Sharon Fichman d'accéder au Groupe mondial II pour 2010. Les joueuses ont dominé le tournoi de qualification de la zone des Amériques, le week-end dernier au stade Uniprix du parc Jarry, avec neuf victoires en autant de matchs. «C'est évident que leur place n'est pas avec ce groupe des Amériques, mais avec les meilleures», dit Lapierre.

Prochaine étape dans leur ascension: vaincre les Belges, le 25 et 26 avril prochain. Depuis les départs à la retraite de Justine Hénin et de Kim Clijsters, l'étoile de la Belgique a beaucoup pâli. Le week-end dernier, les Belges ont perdu 4-1 contre la Slovaquie.

La meilleure joueuse, Yanina Wickmayer, est classée 74e mondiale et compte à son palmarès une finale à Birmingham en 2008. Très discrète lors des grands rendez-vous, la droitière de 19 ans est quasi anonyme de ce côté de la planète tennis.

Kirsten Flipkens, actuellement 94e au classement WTA, est plus connue (et pas seulement parce qu'elle a posé nue pour un magazine!) Ex-championne du monde chez les juniors, elle a été finaliste au tournoi de Repentigny en 2003. En ronde des 16, elle avait croisé Aleksandra Wozniak, qu'elle avait battu sèchement en deux sets de 6-1, 6-0.

Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis et Wozniak, 32e au classement mondial, risque d'être beaucoup plus coriace cette fois.

«C'est très jouable pour le Canada, estime Eugène Lapierre. Sur papier, le Canada part favori. Surtout que les Belges sont à leur meilleur sur surface dure, comme nous. On ne risque donc pas de se retrouver à jouer sur terre battue, ce qui aurait pu être un désavantage.»

Le «plat pays» de Brel sera l'hôte de la rencontre. Sur ce coup-là, le tirage au sort a été moins favorable au Canada. «C'est une petite déception», admet Lapierre, qui aurait aimé présenté les matchs à l'extérieur, sur le court 2 du stade Uniprix. «Surtout qu'on a connu un immense succès le week-end dernier. On a frôlé les 2600 spectateurs pour les quatre jours de tournoi et pour trois soirs, on a affiché complet.»