Jean Pascal n’a pas dit son dernier mot. Plus de 16 mois après son dernier combat, le double champion du monde remontera dans le ring le 20 juillet prochain, pour un combat face à Terry Osias.

Pascal a annoncé son retour jeudi, en marge du Grand Prix de Formule 1 du Canada.

Maintenant âgé de 41 ans, Pascal (36-7-1, 20 K.-O.) abandonne l’idée de redevenir champion chez les mi-lourds (175 livres) pour passer chez les lourds-légers, à 199 livres.

« Je veux être champion dans une deuxième division de poids, a affirmé Pascal à La Presse Canadienne jeudi. Osias me défie depuis plus d’un an. Je suis fier ; ça veut dire que mon nom résonne encore. »

Pascal assure également répondre à un besoin des amateurs de boxe québécois.

« Je suis allé à un match du CF (Montréal) dernièrement et les gens me demandaient : “Jean, quand reviens-tu ?” ou me demandaient de faire un dernier combat à Montréal, afin qu’ils puissent saluer ma carrière. »

Face à Osias (13-0, 6 K.-O.), une ceinture mineure serait en jeu –– des rumeurs laissent entendre que ce serait la ceinture Silver ou Internationale du World Boxing Council (WBC) – et le gagnant serait assuré de voir son nom dans le top 15 mondial.

Badou Jack, que Pascal a vaincu chez les mi-lourds, est l’actuel champion du WBC à 199 livres. Gilberto Ramirez détient la ceinture de la World Boxing Association (WBA), tandis que Chris Billam-Smith est champion de la World Boxing Organization (WBO). Le titre de l’International Boxing Federation (IBF) est actuellement vacant.

« Je n’ai jamais été champion IBF, alors ce pourrait être bien, a noté Pascal. Mais nous allons prendre le chemin le plus rapide vers un combat de championnat du monde. »

Pascal est devenu champion du monde des mi-lourds du WBC une première fois en juin 2009, quand il a défait Adrian Diaconu par décision unanime dans un Centre Bell survolté, alors que la boxe québécoise vivait son âge d’or. Il a défendu ce titre deux fois la même année, avant d’ajouter la ceinture de l’International Boxing Organization (IBO) face à Chad Dawson, en 2010.

Après avoir perdu ses titres en 2011 aux mains de Bernard Hopkins, il est redevenu champion en 2019, d’abord par le titre intérimaire de la WBA, contre Marcus Browne. Il a ensuite gagné le titre officiel de la WBA à son combat suivant, contre Jack.

En 2021, Pascal est toutefois suspendu six mois pour dopage et est dépouillé de sa ceinture. À sa dernière sortie, contre l’Allemand Michael Eifert en combat éliminatoire pour le titre IBF détenu par Artur Beterbiev, Pascal n’a pas été l’ombre de lui-même, étant dominé par son jeune adversaire de bout en bout.

Il a admis vouloir faire oublier cette prestation avec ce retour dans le ring.

« Contre Eifert, j’ai vraiment été affaibli par la coupe de poids. À mon âge, les 175 livres, c’est terminé », a noté Pascal.

Justement : qu’est-ce qui pousse Pascal à remonter dans le ring à 41 ans, après une carrière qui devrait lui ouvrir les portes du Temple de la renommée de la boxe ?

« J’ai encore le goût du dépassement et je ne veux pas avoir de regret à 50 ans. Me dire : “J’aurais donc dû…” J’ai encore du gaz. Bernard Hopkins a boxé jusqu’à 46 ans, d’autres ont poussé dans la quarantaine. Il me reste encore deux ou trois ans », a-t-il dit.

« Aussi, je ne dirais pas que la boxe québécoise est malade, mais elle vit un creux de vague, a ajouté celui qui a animé les belles années du sport en parallèle à Lucian Bute. Si je peux l’aider à remonter la pente, tant mieux. Mon neveu Brandon Poulard fera ses débuts professionnels le 20 juillet. Alors je prépare l’avenir en même temps. »

Le promoteur Yan Pellerin et son groupe, New Era Promotions, sont derrière la soirée du 20 juillet. Pascal n’est toutefois pas associé à aucun promoteur. Greg Leon et Lou DiBella le conseillent.