La ceinture francophone des moyens du World Boxing Council (WBC) est une ceinture mineure. Mais pour Steven Butler et Patrice Volny, elle pourrait agir comme le plus puissant des tremplins dans les classements mondiaux jeudi, au Cabaret du Casino de Montréal.

Butler (34-4-1, 28  K.-O.) et Volny (18-1, 12 K.-O.) souhaitent tous deux regagner le top-15 des poids moyens. Ce combat local aux répercussions bien globales pourrait être exactement ce dont les deux pugilistes ont besoin.

« C’est le fun ! Ça veut dire que la boxe québécoise est en santé. Ce sont des boxeurs locaux, mais c’est un combat international, a fait valoir Butler, qui disputera un troisième combat sous l’égide de John Scully. Volny et moi appartenons à l’élite mondiale. Nous avons été classés mondialement. C’est bien que deux boxeurs d’ici puissent faire avancer leur carrière en se frottant l’un à l’autre. »

« Ça va être une manière de retourner dans le top 10 ou le top -15, a pour sa part indiqué Volny, dépouillé de ses ceintures de la North American Boxing Association (NABA) et North American Boxing Organization (NABO) des moyens faute d’activité pendant la pandémie. Je ne suis pas sorti des classements mondiaux en raison de défaites, mais de la COVID. C’est le même enjeu pour Steven aussi : le vainqueur va remonter dans les classements. »

Pour le directeur général d’Eye of the Tiger Management (EOTTM), Antonin Décarie, ce combat fait tant jaser justement en raison de cette dichotomie.

« C’est un combat à saveur internationale, mais aussi locale, a-t-il souligné. Ce sont aussi deux gars qui ont tout à perdre, mais aussi tout à gagner. La boxe, on le sait, est un sport ingrat. On a vu ça avec Steve Rolls [le dernier adversaire de Butler] : Steven mettait tout sur le canevas dans ce combat. Heureusement, ça s’est bien terminé. »

Volny refuse toutefois de parler de « combat de la dernière chance ».

« Jamais ! Il n’y aucune sortie de la dernière chance. J’ai une seule défaite, survenue en raison d’un coup de tête. Je ne suis pas d’accord avec cette décision, mais je l’accepte.

« Je n’ai jamais parlé que ce pourrait être mon dernier combat. Je n’ai jamais été ébranlé, dominé ou ramolli, a ajouté le boxeur de 34 ans, six de plus que Butler. Peu importe l’âge auquel j’ai commencé ou que j’ai aujourd’hui, rien ne laisse croire que ce pourrait être mon dernier combat jeudi, d’autant plus que je sortirai d’ici avec une victoire. »

Les premiers coups déjà donnés

EOTTM n’avait pas encore officiellement lancé les activités entourant son gala de jeudi que déjà il avait encaissé deux coups durs, soit l’annulation des combats impliquant Mary Spencer et Laïla Beaudoin.

Spencer (8-2, 6 K.-O.) devait affronter l’Anglaise April Hunter (7-1) pour la ceinture Gold de la World Boxing Association (WBA) des super-mi-moyennes. La boxeuse de Newcastle s’est toutefois blessée à un coude lors de sa dernière séance d’entraînement et le médecin de la Régie des alcools, des courses et des jeux a jugé qu’elle était inapte à monter dans le ring.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Mary Spencer devait affronter l’Anglaise April Hunter pour la ceinture Gold de la World Boxing Association (WBA)

Beaudoin (11-1, 1 K.-O.) devait quant à elle se frotter à l’Argentine Lizbeth Crespo (15-7, 4 K.-O.), mais la légère n’a pas été en mesure d’obtenir un visa à temps pour entrer au Canada.

« Ça me surprend que je n’aie pas plus de cheveux gris », a lancé Décarie aux journalistes réunis sur place.

« J’essaie de garder le sourire, a-t-il poursuivi plus sérieusement en point de presse. Je vous mentirais si je vous disais que je ne suis pas déçu. La vérité c’est qu’heureusement, nous avions une carte avec beaucoup de profondeur. […] On ouvre la carte avec des gars qui ont des fiches de 11-0 et 20-3. Ce sera très relevé. Je suis surtout déçu pour les filles qui viennent de vivre un camp d’entraînement. »

Le promoteur n’a pas eu d’autre choix que d’amputer son gala de ces deux combats. Il présentera toujours six combats, dont un championnat du monde.

Outre la finale entre Butler et Volny, Osleys Iglesias (10-0, 9 K.-O.) tentera de défendre son titre mondial des super-moyens de l’International Boxing Organization (IBO) contre l’Américain d’origine ukrainienne Evgeny Shvedenko (16-1-1, 7 K.-O.).

Arthur Biyarslanov (14-0, 12 K.-O.) Elias Mauricio Haedo (14-5, 10 K.-O.) tenteront quant à eux de mettre la main sur la ceinture de la North American Boxing Federation (NABF) des super-légers.

Shamil Khataev, John Orobio et Luis Santana seront également en action. La première cloche sonnera sur le coup de 19 h. Le gala peut être suivi sur PunchingGrace.com et ESPN+ aux États-Unis.