(Londres) Le champion du monde WBC des poids lourds, Tyson Fury, a promis mardi que son adversaire Dillian Whyte affronterait la meilleure version de lui-même, samedi, lors du championnat du monde 100 % britannique à Wembley.

Publié le 20 avril
Agence France-Presse

Avec 31 victoires, dont 22 avant la limite, et un nul, Fury est invaincu à 33 ans et donné assez largement favori par les bookmakers face à son compatriote de 34 ans qui n’a que 2 défaites en 30 combats.

Mais le « Gipsy King » (Roi des Gitans) s’est montré prudent en conférence de presse d’avant-combat, marquée par un échange houleux entre son père, John, et un membre de l’entourage de Whyte sur l’estrade.

« Je pense que tout le monde sous-estime la qualité de ce combat. Je vois les cotes et elles me font rire, elles viennent manifestement de personnes qui ne connaissent pas la boxe », a assuré le champion du monde.

« C’est un combat poids lourds, tout le monde peut l’emporter sur un seul coup. Si je ne suis pas au top, ce type va décoller ma tête de mes épaules. Je vais devoir être en forme pour le battre et il faudra qu’il donne le meilleur de lui-même pour me battre », a-t-il poursuivi, tout en assurant être prêt.

« J’ai fait tout ce que je pouvais pour me préparer. Je me suis entraîné aussi dur pour affronter Dillian que pour (Deontay) Wilder ou (Vladimir) Klitschko. Il va affronter le meilleur Tyson Fury », a-t-il clamé.

Quelque 94 000 spectateurs sont attendus à Wembley, un record en Grande-Bretagne depuis la Seconde Guerre mondiale, pour le premier combat de Fury dans le pays depuis 2018 et, à l’en croire, le dernier de sa carrière, puisqu’il a annoncé vouloir prendre sa retraite.

Whyte, adversaire de Fury par le passé et son challenger officiel, a attendu des années pour avoir cette chance de titre mondial.

Sa trajectoire a tout d’un récit de rédemption après une jeunesse houleuse où il a été père à 13 ans, connu le monde des gangs londoniens, avoir été poignardé et même atteint par une balle, sans oublier deux ans de suspension pour dopage en 2012 et 2014.

« Je suis prêt à faire tout ce qu’il faudra. Je suis ce type de combattant qui fait toujours le nécessaire : c’est la victoire à tout prix », a-t-il expliqué.

« Combattre pour un titre mondial dans mon pays, ça représente énormément pour moi. C’est énorme. Je n’aurai pas peur de prendre des risques, j’en ai pris toute ma vie, ce ne sera pas nouveau », a-t-il conclu.