Même s’il a remporté le titre de champion nord-américain NABO des lourds-légers vendredi soir, le Québécois Yan Pellerin « n’est pas satisfait » de sa performance.

Publié le 17 déc. 2021
Jean-François Téotonio
Jean-François Téotonio La Presse

Son combat contre le Mexicain Francisco Rivas (15-4-0, 5 K. -O.) s’est rendu à la limite des 10 rounds, au terme d’un affrontement parfois laborieux. Les juges ont rendu une décision unanime en sa faveur.

« J’aurais aimé mieux sortir, comme je l’avais fait lors de ma préparation au camp d’entraînement, a-t-il illustré après son combat. Je ne peux pas me l’expliquer. Des fois, c’est ça, le sport. C’est une bonne journée au boulot, mais aussi une mauvaise journée au boulot. »

« Pour la première fois depuis longtemps, je me suis senti stressé en entrant dans l’amphithéâtre, a-t-il continué. Ça faisait longtemps que je n’avais pas eu ce petit papillon de stress. Je me demandais si j’en avais fait assez, et ça m’a joué dans la tête presque tout le combat. »

Pellerin, dont la fiche passe à 15-1-0 et 5 K. -O., a aussi indiqué qu’il s’était peut-être « déchiré quelque chose à l’épaule » au 6round.

Batyrzhan Jukembayev retrouve temporairement Stéphan Larouche

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Batyrzhan Jukembayev

Le Montréalais d’origine kazakhe Batyrzhan Jukembayev n’a fait qu’une bouchée du Mexicain Juan Jose Martinez (28-11-0, 20 K. -O.) chez les mi-moyens. Il l’a emporté par arrêt de l’arbitre après 1 minute 9 secondes du premier round. Il porte donc sa fiche à 19-1-0, dont 15 K. -O.

Fait surprenant : son ancien entraîneur Stéphan Larouche était de retour dans le coin de Jukembayev pour ce combat. C’est que son entraîneur actuel, Kay Coroma, ne pouvait faire le déplacement. Une présence « circonstancielle », selon Larouche.

« J’étais très content de revenir à la maison, s’est quant à lui réjoui Jukembayev, qui réside actuellement à Las Vegas. Stéphan, c’est comme mon père. Je suis très content de ma victoire. »

C’était le premier combat de Jukembayev depuis sa défaite face à Subriel Matias à Carson, en Californie, en mai dernier.

La fiche de Juan Jose Martinez est passée à 28-11-0, dont 20 K. -O.

Le Longeuillois Mazlum Akdeniz l’emporte

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Mazlum Akdeniz et Arturo Bustamante

Cette rixe chez les super-légers n’a fait aucun doute : le Longueuillois Mazlum Akdeniz l’a emporté sur le Mexicain Arturo Bustamante en 4 rounds par K. -O. technique.

S’il avoue avoir été un peu « déçu » de ne pas être en mesure de fermer les livres dès le premier engagement, Akdeniz s’est dit « content » du résultat.

« On veut toujours finir ça le plus tôt possible, mais mon adversaire n’était pas là pour se coucher au premier round, a commenté Akdeniz après sa victoire. J’ai vu qu’il bougeait beaucoup. Je voulais prendre mon temps. »

Le pugiliste québécois est content d’avoir boxé au Centre Bell.

« La prochaine étape est d’être en tête d’affiche, souligne-t-il. Je me sens vraiment bien, je m’entraîne beaucoup, je vis de la boxe. Je pense que vous allez me voir de plus en plus. »

Brandon Moore c. Abraham Pascual

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Abraham Pascual et Brandon Moore

Le premier combat de la soirée, un affrontement chez les lourds, n’a offert ni un grand ni un long spectacle. Le Floridien Brandon Moore (11-0-0, 7 K. -O.) a été expéditif, envoyant son adversaire mexicain Abraham Pascual (14-9-0, 12 K. -O.) au tapis deux fois au cours du premier round.

L’arbitre a arrêté le combat après 1 minute 27 secondes. Moore, qui était monté sur le ring vêtu d’une chemise rétro des Expos, l’a emporté par K. -O. technique.

Steve Rolls c. Christopher Booker

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Christopher Brooker et Steve Rolls

Le Torontois Steve Rolls s’est imposé avec par arrêt de l’arbitre au 9round face à l’Américain Christopher Brooker. C’est donc un 12K. -O pour le Canadien, qui a maintenant une fiche de 21-1-0. Brooker passe à 16-9-0, dont 6 K. -O.