(Las Vegas) L’ancien champion de l’UFC Jon Jones a été emprisonné à Las Vegas tôt vendredi après un incident au Caesars Palace qui, selon la police, a conduit à son arrestation pour coups et blessures domestiques et endommagement d’un véhicule.

Greg Beacham et Ken Ritter Associated Press

Les détails de l’incident qui a conduit à l’arrestation de Jones, à 5 h 45 au complexe Las Vegas Strip, n’ont pas été immédiatement rendus publics par la police de Las Vegas.

Les dossiers de la prison et du tribunal ont montré que Jonathan Dwight Jones, 34 ans, avait versé une caution de 8000 $ US et devait comparaître devant le tribunal samedi. Les procureurs ont jusqu’au 26 octobre pour déposer des accusations criminelles. L’accusation de blessures domestiques est un délit. L’accusation d’endommagement de véhicule est un crime, avec des dommages signalés à plus de 5000 $.

Il n’était pas immédiatement clair si Jones avait un avocat.

Jones vit à Albuquerque, au Nouveau-Mexique, mais il a assisté à une cérémonie d’intronisation au Temple de la renommée de l’UFC jeudi soir, à l’hôtel Park MGM, en l’honneur de son combat de 2013 contre Alexander Gustafsson.

Jones a eu trois passages distincts en tant que champion des poids mi-lourds de l’UFC, de 2011 à 2020, et il est largement considéré comme l’un des plus grands combattants de l’histoire des arts martiaux mixtes.

Mais sa carrière au sein de l’UFC a été définie davantage par une mauvaise conduite en dehors de l’octogone que par son excellence.

En 2012, un an après être devenu le plus jeune champion de l’histoire de l’UFC, Jones a été arrêté pour conduite en état d’ivresse après avoir écrasé sa Bentley contre un poteau téléphonique dans le nord de l’État de New York.

Jones a ensuite perdu son titre en 2015, lorsqu’il a été arrêté et accusé d’un crime résultant d’un délit de fuite au Nouveau-Mexique, dans lequel il a cassé le bras d’une conductrice enceinte.

Jones a offert un plaidoyer de non-contestation à une conduite désordonnée en 2019, après un incident avec une serveuse dans un club d’effeuillage à Albuquerque. Il a aussi été arrêté l’année dernière, encore à Albuquerque, pour des accusations de conduite aggravée sous l’influence et d’utilisation négligente d’une arme à feu.

Jones a également échoué à plusieurs tests antidopage de l’Agence américaine antidopage, qui gère le programme antidopage de l’UFC.

Il a été contraint de se retirer d’un combat contre Daniel Cormier à l’UFC 200, en 2016, après avoir testé positif à deux substances interdites qu’il a imputées à une pilule d’amélioration sexuelle.

Il a ensuite testé positif à un stéroïde anabolisant, en 2017, ce qui a incité l’UFC à le dépouiller de son titre des poids mi-lourds pour une deuxième fois. La Commission athlétique de l’État de la Californie a annulé le résultat de sa victoire face à Cormier, à l’UFC 2014, et Jones a reçu une suspension compétitive de 15 mois.

En raison de ses arrestations, ses suspensions et ses nombreux différends avec l’UFC, Jones n’a combattu que huit fois au cours des huit dernières années, alors qu’il était au plus fort de sa carrière. Il ne s’est pas battu dans l’octogone depuis qu’il a défait Dominick Reyes en février 2020, pour obtenir sa quatrième victoire consécutive.

Jones a renoncé au titre des poids mi-lourds l’année dernière et il a partagé son intention de passer aux poids lourds. Il a déclaré aux journalistes, jeudi soir, qu’il voulait peser 270 livres lorsqu’il fera ses débuts chez les poids lourds, au printemps prochain.