Le boxeur Jean Pascal s’est exprimé publiquement dans une déclaration publiée sur ses réseaux sociaux, samedi midi.

Katherine Harvey-Pinard
Katherine Harvey-Pinard La Presse

Cette prise de parole survient au lendemain du retrait de son statut de champion des mi-lourds par la WBA et de l’annonce de sa suspension de six mois.

Le boxeur de 38 ans affirme notamment avoir l’impression de vivre dans un cauchemar depuis les six dernières semaines, alors qu’il a reçu des tests positifs à différents tests antidopage. Son combat prévu le 6 juin contre Badou Jack a d’ailleurs été annulé pour cette raison.

« Je suis tellement embarrassé par cette situation, écrit-il. J’ai laissé tomber mes partisans, ma famille, et mon équipe. Je suis sincèrement désolé. »

« Je sais que les gens ne croiront pas ce que j’ai à dire, poursuit-il. C’est correct parce que je comprends que tout ce qui importe, ce sont mes prochaines actions et non tout ce que je pourrais dire. »

Comme il l’avait assuré le 29 mai après les premiers tests positifs, Jean Pascal maintient qu’il n’a pas pris volontairement de substances illégales, mais « à la fin de la journée, je suis responsable de tout ce que je consomme », dit-il.

Je prends le blâme pour tout ce qui est arrivé. Cela n’arrivera plus jamais.

Jean Pascal

Retour éventuel dans le ring

À la fin de sa déclaration, Pascal affirme qu’il sera « de retour au sommet sous peu ». Rappelons que son dernier combat remonte au 28 décembre 2019, alors qu’il avait vaincu Jack.

« Je me vois avec une autre ceinture de champion autour de ma taille l’année prochaine. Je peux le visualiser », soutient-il, ajoutant qu’il est de retour dans le gym afin de se préparer.

L’athlète a du même coup assuré qu’il n’a « aucun problème » à faire « tous les tests » qu’exigera la WBA.

« Mon gérant, Greg Leon, a été en communication constante avec la Dre Margaret Goodman, de la VADA, et je viens de m’inscrire au même programme que l’excellent Nonito Donaire », fait-il savoir.

Ce protocole de tests permet de le tester 365 jours par année, qu’importe l’heure de la journée, précise le boxeur.