Le boxeur Jean Pascal aurait de nouveau reçu des résultats de tests positifs à l’érythropoïétine (EPO) et à la drostanolone, selon le journaliste de World Boxing News, Dan Rafael.

Katherine Harvey-Pinard
Katherine Harvey-Pinard La Presse

Il s’agirait dans ce cas-ci des résultats des échantillons pris le 28 mai. Ce serait donc la deuxième fois que le boxeur reçoit des tests positifs à ces deux substances illicites.

En effet, il avait déjà déclaré positif à la drostanolone, en plus de deux autres stéroïdes, le 29 mai. Son combat contre Badou Jack, qui devait avoir lieu le 6 juin, avait alors été annulé.

Puis, le 2 juin, il avait également reçu un résultat positif à l’EPO, une hormone qui constitue du dopage sanguin. Celle-ci a pour effet d’augmenter le nombre de globules rouges, favorisant ainsi le transport d’oxygène et, conséquemment, les performances. Elle est administrée par injection.

Le 29 mai, après les premiers tests positifs, Jean Pascal avait réagi aux accusations via son compte Twitter, se disant « sous le choc et embarrassé ». Il disait d’ailleurs avoir congédié son préparateur physique « sur-le-champ ».

« Jamais je n’aurais pris volontairement des substances illégales. J’ai toujours défendu l’importance de pratiquer une boxe clean et je la défendrai toujours. […] Je tiens à dire à tous mes fans qu’il s’agit d’un incident isolé et je suis prêt à faire tout ce qu’il faut pour le prouver. […] Je sais fort bien que cette situation entache mon nom, peu importe ce que je pourrais dire », avait-il ajouté.