Marie-Eve Dicaire (17-1, 0 K.-O.) a montré tout le courage possible, vendredi soir à Flint, au Michigan, contre la meilleure boxeuse au monde, toutes catégories confondues.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Mais son adversaire, Claressa Shields (11-0, 2 K.-O.), déjà championne du WBC et de la WBO, trop rapide, trop puissante, lui a ravi sa ceinture de l’International Boxing Federation (IBF) dans un combat à sens unique. Shields a aussi reçu le titre vacant de super championne de la WBA.

Les trois juges ont donné les 10 rounds à l’avantage de l’Américaine de 25 ans. Shields, première finaliste féminine en 19 ans à la télé payante, a tenté le knock-out, sans succès, devant une Dicaire qui a tout encaissé sans broncher, et sans jamais reculer.

PHOTO CARLOS OSORIO, ASSOCIATED PRESS

Claressa Shields et Marie-Eve Dicaire

« Elle a fait exactement ce qu’on pensait, a déclaré la Québécoise en point de presse via zoom moins de 30 minutes après son combat. Savoir ce qu’elle va faire et réagir au bon moment, c’est deux choses. »

Au chapitre des statistiques, Shields a dominé Dicaire, 34 ans, avec 98 coups de puissances contre 26, 128 coups totaux contre 31 et 18 jabs contre 5.

Shields devient ainsi la championne unifiée chez les super-mi-moyennes. Elle devient la première, tous sexes confondus, à être championne unifiée dans deux divisions de poids depuis l’instauration des quatre ceintures.

PHOTO CARLOS OSORIO, ASSOCIATED PRESS

Claressa Shields

Le promoteur Yvon Michel, qui effectuait un retour à titre d’entraîneur pour épauler Stéphane Harnois et sa boxeuse, a reconnu la supériorité de l’Américaine.

« On est vraiment très fiers de Marie-Eve, elle a démontré beaucoup de courage et une condition physique admirable. Claressa Shields est d’une classe à part. Je ne vois pas une fille qui va être capable de la battre. »

Shields a reconnu avoir cherché le knockout lors de son interview sur le ring après le combat. Elle avait d’ailleurs prédit une victoire par mise hors de combat au cinquième round avant l’affrontement.

« Je voulais la knocker, mais elle utilisait beaucoup ses coudes et l’arbitre arrêtait le combat quand elle retenait, a-t-elle déclaré après le combat. Je n’ai pas eu assez de temps pour le knockout. J’espère que je n’ai pas déçu. »

L’entraîneur de Marie-Eve Dicaire, Stéphane Harnois, avait aussi le mot fierté en tête. « Marie-Eve a su tenir tête à une bête du ring, une boxeuse qui est dangereuse tout le temps. Shields ne pensait jamais se rendre là dans ce combat. Ça n’a pas tourné exactement comme on voulait, mais c’est une fierté incroyable. Y’a juste de bonnes choses qui s’en viennent pour nous. Le monde va avoir vu Marie-Eve ce soir, avec Claressa Shields en fin de combat avec l’œil tuméfié. »

La jeune femme de Saint-Eustache dit avoir beaucoup appris de son expérience. « Ça n’est pas le résultat espéré, mais je n’ai aucun regret. Je n’aurais rien pu faire de plus. Elle a été la meilleure, mais il n’est pas dit qu’elle va être la meilleure tout le temps. Je ne boxe pas pour garder une fiche immaculée. Je voulais affronter la championne pour prouver que j’étais une championne. Des fois tu gagnes, des fois tu apprends. Ce combat va me servir de tremplin. »

Marie-Eve Dicaire a admis la supériorité de son adversaire au plan de la vitesse. « J’ai appris que ce n’était pas tout le monde qui accepte mes coups, elle acceptait tous mes coups pour en donner. Il aurait fallu que je sois capable de mieux sortir en angle, il me manquait cette fraction de seconde. On était conscients qu’on n’aurait pas gain de cause en attaquant Claressa de face. Le plan de match était de l’attaquer en angle et de ressortir en angle. Je suis souvent ressortie en ligne droite et c’est pour ça que je me suis fait frapper. »

La plus grande qualité de son adversaire ? « Sa capacité à lancer ses coups, répond la Québécoise. Elle lance une mitraille de coups. Elle ne se pose pas de question. C’est pour ça que ça devient compliqué. »

Yvon Michel a souligné la ténacité de Marie-Eve Dicaire. « J’ai appris qu’elle n’est pas fragile. Beaucoup de gens pensaient ça. Parce qu’elle est très féminine, et elle apporte beaucoup à la boxe par sa personnalité, par sa verve, on ne le croirait pas. On entendait d’ailleurs Claressa Shields avant le combat dire que la petite blonde avec sa robe rouge, elle ne doit pas prendre des coups, mais elle a du courage. Elle a essayé jusqu’au bout. »

Le promoteur a bon espoir de revoir Marie-Eve Dicaire en combat de championnat du monde en 2021, sans avoir Claressa Shields dans les pattes.

« Marie-Eve va retourner en championnat du monde cette année si elle le veut bien. Je suis convaincu qu’elle va rester très haut dans les classements. Je ne crois pas que Claressa va rester très longtemps chez les 154 livres, elle veut aller dans la MAA et chez les 160 livres. Marie-Eve n’affrontera pas une boxeuse de ce calibre à son prochain combat. Le QI boxe de Claressa Shields est supérieur, elle frappe avec autorité, elle est bien entraînée, bien encadrée, la comparaison avec Roy Jones Jr. est juste. »