Steven Butler a raté son retour sur le ring.

Frédéric Daigle
La Presse Canadienne

Le poids moyen, qui n’était pas monté sur le ring depuis sa défaite par K.-O. face à Ryota Murata en combat de championnat du monde de la World Boxing Association (WBA), s’est de nouveau fait passer le K.-O.

Cette fois, c’est le Mexicain Jose de Jesus Macias (28-10-3, 14 K.-O.) qui a eu raison de Butler (28-3-1, 24 K.-O.), au cinquième round de leur duel prévu pour dix à Cuernavaca, au Mexique.

De Jesus Macias a d’abord emprisonné Butler dans son coin, avant de placer un violent crochet de droite qui a ébranlé Butler, puis de le toucher avec un solide crochet de la gauche.

« Il est entré dans un crochet de gauche. On a vu ce que ç’a donné », a expliqué son entraîneur, Mike Moffa. Ce sont des choses qu’on avait pratiquées, de se sortir des câbles. On savait que de Jesus Macias allait tenter cette manœuvre. »

Butler a bien tenté de se relever, mais il a immédiatement perdu l’équilibre et l’arbitre a mis fin au combat, au grand dam du Montréalais. Il s’agissait toutefois de la décision à prendre dans les circonstances.

« Absolument, a dit Moffa. Si l’arbitre l’avait laissé continuer, je ne me serais pas interposé, car ce sont des choses qu’on pratique en gymnase de gérer une chute. Mais j’aurais été très attentif à la réaction de Steven. Mais qu’il arrête le combat, je n’ai rien contre ça. »

Butler n’a d’ailleurs pas discuté avec les médias montréalais à la suite du combat, alors qu’il devait se prêter au protocole médical de la commission athlétique locale après cette mise hors de combat.

Avec cette victoire, de Jesus Macias met la main sur les ceintures vacantes de la North American Boxing Federation (NABF), de la North American Boxing Association (NABA), ainsi que sur la ceinture francophone du World Boxing Council (WBC).

Le Mexicain devrait aussi faire son entrée dans le top-15 de la WBA et du WBC, clairement les plus importantes récompenses de ce combat.

Il s’agit d’un sérieux pas de recul pour Butler, qui devra maintenant reprendre un tortueux chemin vers les sommets de la division — si jamais il y retourne.

« Le timing n’est pas bon. C’est un investissement que son promoteur, Camille Estephan, a fait en montant ce show au Mexique, avec les trois ceintures en jeu. C’est nous qui avions choisi l’adversaire. C’est un combat qu’on devait gagner. On n’a pas réussi, a laissé tomber Moffa, faisant écho à ses propos tenus au cours d’une entrevue avec La Presse Canadienne plus tôt cette semaine.

« On a commencé comme on voulait, mais on savait qu’il était dangereux, a ajouté l’entraîneur. On faisait attention à ne pas se faire endormir, à ne pas tomber dans son jeu. Mais (de Jesus Macias) a réussi à le faire. »

Butler avait réussi à toucher solidement de Jesus Macias d’un uppercut de la droite et d’un crochet de gauche au corps au deuxième. Ce furent là les meilleurs moments du Montréalais de 25 ans.

Dès le round suivant, de Jesus Macias, 29 ans, a placé une combinaison qui a fait mouche avec quatre coups en puissance.

Au quatrième, Butler a évité le pire en esquivant plusieurs coups en puissance du Mexicain, mais ce dernier, visiblement, gagnait en confiance et se portait maintenant davantage en attaque que son adversaire.

Akhmedov poursuit sa progression

Le super-mi-moyen Sadriddin Akhmedov (12-0, 10 K. -O.) a réussi là où Butler a échoué en ravissant la ceinture WBA Continental à Stephen Danyo (17-4-3, 6 K. -O.), en plus de mettre la main sur les titres vacants NABF et WBC Francophone en signant une victoire par décision unanime.

Akhmedov a été l’agresseur tout au long de cet affrontement, qui nous a surtout permis d’apprécier la qualité du menton de Danyo.

Le Canadien d’adoption a notamment lancé de vicieuses attaques aux sixième, huitième et dixième rounds, touchant solidement Danyo en de nombreuses occasions.

Danyo a connu ses meilleurs moments au huitième, mais n’a jamais menacé Akhmedov.

« Ç’a été un beau combat. On savait que Danyo était "tough"et en plus, il ne voulait pas s’engager », a analysé Samuel Décarie, qui a remplacé Marc Ramsay, qui dirige le camp d’Artur Beterbiev, dans le coin d’Akhmedov pour ce combat.

« Ça n’a pas donné un combat excitant, mais le résultat est celui qu’on souhaitait. »

Dans un autre combat de super-mi-moyens, Christopher Guerrero (1-0) a effectué ses débuts professionnels face à Armando Gutierez (1-2, 1 K. -O.).

Le jeune protégé de Mike Moffa a inscrit une victoire par décision unanime, mais son entraîneur l’a vertement sermonné à la fin de cette première sortie. De toute évidence, le vétéran Moffa n’a pas aimé ce qu’il a vu.

L’entraîneur aura connu de meilleures soirées dans sa carrière.