Le combat a été déclaré nul pour la forme, mais l’ex-roi des lourds a nettement dominé

Frédérick Duchesneau Frédérick Duchesneau
La Presse

On ne savait trop à quoi s’attendre de ce combat entre Mike Tyson et Roy Jones Jr. D’abord parce que, étant donné son statut d’exhibition, ce n’en était pas tout à fait un. En contrepartie, les deux ex-champions avaient promis de se livrer une vraie bataille. Alors, le verdict ?

Le corps de Jones aura sans doute besoin de plusieurs jours de récupération après ces 16 minutes sur le ring du Staples Center de Los Angeles avec l’ex-roi des lourds…

Les trois juges délégués par le WBC ont déclaré le combat nul. Pour la forme. En entretien en début de semaine, le promoteur Yvon Michel l’avait prédit. Une nulle qui ne sera pas comptabilisée à la fiche officielle des boxeurs, cela dit.

Dans les faits, Tyson – établi favori par les parieurs – est sorti du coin avec l’intention de faire mal dès le premier coup de gong. Il a dominé et atteint Jones solidement à plusieurs reprises, alors que ce dernier tentait de limiter les dégâts en se collant à son adversaire régulièrement.

À la fin du deuxième assaut, Tyson y est même allé de coups un peu tardifs avant de faire l’accolade à Jones.

« Tu as tout pris et je respecte ça ! », lui a lancé Iron Mike en entrevue d’après-combat.

Mais n’eussent été les gants plus gros, de 12 onces, que portaient les belligérants, le combat ne se serait peut-être pas rendu à la limite.

PHOTO JOE SCARNICI, ASSOCIATED PRESS

Roy Jones Jr. et Mike Tyson, quelques instants après leur combat

« Tout faisait mal », avait admis Jones quelques questions plus tôt, toujours essoufflé. Il cherchait d’ailleurs déjà son souffle après un round… Tyson aussi, mais il a semblé récupérer par la suite, contrairement à son opposant.

Iron Mike a néanmoins reconnu que « parfois, les deux minutes en paraissaient trois ». Il y a quelques semaines, les deux hommes avaient accueilli cette règle avec dédain, arguant que les rounds de deux minutes étaient pour les femmes.

L’ex-champion des lourds a été bon joueur en affirmant que Jones lui avait fait mal également. Mais si tel est le cas, ça n’a pas dû arriver souvent.

Tyson a dit être prêt à remettre ça avec celui qui a été champion dans quatre catégories de poids. À voir la réaction de l’autre, épuisé, pas certain que ce soit réciproque.

Tyson (50-6, 44 K.-O.), 54 ans, n’avait pas boxé depuis 15 ans. Jones (66-9, 47 K.-O.), 51 ans, s’était retiré il y a deux ans.

Russ Anber était dans le coin de Roy Jones Jr.

Pascal-Jack d’ici quatre mois ?

Finalement, ça aura donc eu davantage les apparences d’un vrai combat que du cirque redouté. À sens unique, ou presque, mais un combat, plus qu’une exhibition.

« Le dernier gars qui a fait une “exhibition” avec Mike Tyson s’est retrouvé à terre dès le premier round », avait maintes fois répété Jones avant l’évènement, pour justifier qu’il ne ferait pas dans la demi-mesure.

Bien sûr, il y avait du showbiz dans ces déclarations. Le combat a d’ailleurs été reporté de deux mois et demi pour permettre aux belligérants de faire davantage de promotion. Plus de promotion pour plus de ventes à la télé à la carte. Et, ainsi, plus de recettes et plus de fonds pour des organisations caritatives.

Si cet évènement peut faire œuvre utile, tant mieux.

Jean Pascal nous avait confié en début de semaine qu’il s’attendait à ce que la longue inactivité de Tyson joue en sa défaveur.

Mais Jones n’était pas de cet avis, considérant la petitesse du ring. Il a effectivement eu Tyson dans le visage pendant les huit rounds.

Parlant du boxeur québécois, pour ceux que la vraie boxe intéresse, Badou Jack (23-3-3, 13 K.-O.), battu de façon controversée par Jean Pascal en décembre dernier, l’a emporté aux points contre Blake McKernan (13-1, 6 K.-O.) en sous-carte.

PHOTO JOE SCARNICI, USA TODAY SPORTS

Plus tôt dans la soirée, Badou Jack (à droite) l’a emporté aux points contre Blake McKernan en sous-carte.

Avant de monter sur le ring, Jack a dévoilé qu’une revanche contre Pascal allait probablement survenir d’ici mars (« Looks like it’s gonna happen in the first quarter of the year »). À suivre.

La puissance n’a pas d’âge

Avant que Michael Buffer présente les deux vedettes de la soirée, Tyson avait pour sa part raconté qu’il faisait tout ce qui l’effrayait dans la vie. L’intervieweur lui a demandé s’il était effrayé à l’approche du combat.

« Absolument ! a-t-il lancé franchement. Je n’ai pas fait ça depuis 15 ans ! »

Après le duel, il s’indignait d’ailleurs, pour la même raison, qu’on se soit inquiété davantage pour la mâchoire de Jones que pour sa santé à lui, vu sa longue inactivité.

Mais Stéphan Larouche nous l’avait dit cette semaine. Un boxeur qui a déjà été puissant le sera toujours.

Roy Jones Jr. ne dira pas le contraire.